Gaston Gaudy, années 30-1939
A Auschwitz, le 8 juillet 1942

Matricule « 45.579 » à Auschwitz

Gaston Gaudy : né en 1897 à Paris (12ème) ; domicilié à Saint-Ouen (Seine / Seine-St-Denis) ; receveur, machiniste STCRP sur la ligne 42 ; syndicaliste et communiste ;  arrêté le 26 juin 1941 ; interné à Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il meurt.

Gaston Gaudy est né le 15 août 1897 à Paris (12ème). Gaston Gaudy habite au 5, Villa Louisa, à Saint-Ouen dans l’ancien département de la Seine (actuellement en Seine-St-Denis) au moment de son arrestation. Il est le fils d’Elizabeth Thivel, 34 ans, cuisinière et d’Antoine Gaudy, 37 ans employé de chemin de fer, son époux.Il a une sœur cadette, Valentine (1900-1962). Ils sont domiciliés au 11 rue de Palonceau.
Au moment du conseil de révision, son père est décédé. Il mentionne la profession d’agriculteur à Saint Georges-es-Allier (Puy-de-Dôme). Son registre militaire nous apprend qu’il mesure 1m 53, a les cheveux châtain-clairs, les yeux marrons-verdâtres, le front moyen et le nez rectiligne, le visage large. Il a un niveau d’instruction « n°2 » (sait lire, écrire et compter). Il a le permis de conduire auto, puis transport en commun.
Gaston Gaudy est mobilisé le 8 janvier 1916 (sa classe, la 1917, est appelée avec un an d’avance). Il est affecté au 86ème Régiment d’infanterie. Après les classes, il passe au 92° RI 9 octobre 1916. Puis au 11° RI le 1er mai 1917. Il participe à la campagne du Levant. Il y contracte le paludisme (il aura une pension de 20% à titre provisoire en 1920, puis définitive de 10% en 1927).

Il est démobilisé en avril 1920, avec une citation à l’ordre du régiment le 1/10/1918. Il est décoré de la Croix de guerre.
Il se « retire » selon la formule militaire au 29 passage Doudeauville à Paris.
Il vient habiter au 49, rue Arago à Saint-Ouen en 1923. Il est alors magasinier.

Il se marie avec Marie Jeanne Maillet à Saint-Ouen le 11 juin 1921. Employée à la STCRP, elle est née le 3 juillet 1902 à Saint-Ouen. Le couple a deux enfants, Roger, né le 30 mars 1923 et Robert, né le 18 février 1924 (il décède le 9 juin 1924). Le couple s’installe à Saint-Ouen, au 47,  rue Lieusades. Puis au 28, rue Alphonse Helbronner. Son épouse décède le 23 juillet 1928 (acte de décès à Paris 10è n° 3279)

Citation à l’ordre (n° 1121) du 11e RI
Photos d’identité dans son dossier à la STCRP

Gaston Gaudy est embauché à la société STCRP (Société des Transports en commun de la Région parisienne) le 30 janvier 1923. Il est nommé « receveur » le 30 janvier 1933 et « machiniste » le 20 mai 1923 (confirmé en 1933).

Devenu veuf, il se marie en secondes noces à Saint-Ouen le 20 août 1932, avec Andrée, Marcelle Gallais. Il habitent à Saint-Ouen au 5, villa Luisa, une petite maison dans une impasse portant ce nom.

Le Panhard K63-A

Il travaille à Saint-Ouen au dépôt Michelet, ainsi qu’aux dépôts Asnières et Poissonniers. Il est machiniste sur la ligne 42. Le 18 novembre 1938, il suit une formation à l’issue de laquelle il « peut conduire un omnibus Panhard K-63-A ».

Selon son dossier administratif (compilé dans rapport confidentiel du préfet de police de la Seine du 28 octobre 1943) « Gaudy se révéla un militant syndicaliste communiste particulièrement actif dans la diffusion et l’application des mots d’ordre de la IIIè internationale. Délégué et trésorier de la section syndicale de la STCRP, prit une part importante dans les mouvements de grève du personnel qui eurent lieu ces dernières années. Il fut signalé par son administration comme un meneur de grève et appréhendé pour voies de fait sur un non gréviste le 24 décembre 1938. L’affaire resta sans suite« .  

A  la déclaration de guerre, il est « rappelé à l’activité » le 24 août 1939 au groupe de transports 126/24. Père de deux enfants, il est ramené à la classe 1913.

Le 13 juin 1940 l’armée allemande occupe Saint-Denis, puis Saint-Ouen. Le 14 juin, l’armée allemande occupe Drancy et Gagny et entre par la Porte de la Villette dans Paris, vidée des deux tiers de sa population. La ville cesse d’être la capitale du pays et devient le siège du commandement militaire allemand en France. Les troupes allemandes occupent toute la banlieue parisienne les jours suivants.  Le 22 juin, l’armistice est signé. Le 10 juillet 1940 le maréchal Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, abolit la République et s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français ». Il lance la « révolution nationale » en rupture avec nombre de principes républicains (confusion des pouvoirs législatifs et exécutifs ; rejet du multipartisme, suppression des syndicats et du droit de grève, antisémitisme d’état…).

A l’automne 1940 des militants communistes clandestins de Saint-Ouen diffusent les tracts et journaux du Parti clandestin. Fin octobre 1940, les services de police notent une recrudescence de la propagande communiste et perquisitionnent aux domiciles des communistes connus.

Extrait de la liste des RG du 27 juin 1941, montage à partir du début de la liste

Son domicile a été plusieurs fois perquisitionné selon le témoignage de son épouse.
Gaston Gaudy est arrêté le 27 juin 1941 par la police française.  « Le 27 juin 1941, à la demande du commissaire de police de la circonscription de Saint-Denis , Gaudy a été arrêté et interné, en application de du décret du 18 novembre 1939 et a été mis à disposition des autorités allemandes, sur leur demande » (rapport confidentiel du Préfet de police de la Seine du 28 octobre 1943).
La liste des Renseignements généraux répertoriant les communistes internés administrativement le 27 juin 1941, mentionne pour Gaston Gaudy : « Ex délégué de la section syndicale de la STCRP ».
Son arrestation a lieu dans le cadre d’une grande rafle concernant les milieux syndicaux et communistes. En effet, le 22 juin 1941, jour de l’attaque hitlérienne contre l’Union
soviétique, sous le nom «d’Aktion Theoderich», les Allemands arrêtent plus de mille communistes dans la zone occupée, avec l’aide de la police française.
D’abord placés dans des lieux d’incarcération contrôlés par le régime de Vichy (ici l’Hôtel Matignon), ils sont envoyés en vue de leur déportation comme otages, à partir du 27 juin 1941, au camp allemand de
Royallieu à Compiègne (Oise), le Frontstalag 122 administré par la Wehrmacht. Depuis ce camp, il va être déporté à destination d’Auschwitz.
Depuis ce camp administré par la Wehrmacht, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages». 

Depuis le camp de Compiègne, Gaston Gaudy est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942

Cf Article du site : Les wagons de la Déportation. 

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau

Il est immatriculé à Auschwitz le 8 juillet 1942

Il est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro « 45579 ».
Son matricule sera tatoué sur son avant-bras gauche quelques mois plus tard. Sa photo d’immatriculation (1) à Auschwitz a été retrouvée parmi celles que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation d’Auschwitz.  Lire dans le site le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale ».  Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau, situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.
Il entre à l’infirmerie (le Revier) de Birkenau le 11 janvier 1943.
Gaston Gaudy meurt à Birkenau à une date inconnue, sans doute avant mars 1943. Aucun document des archives SS préservées de la destruction ne permet de connaître la date exacte de son décès. Son acte de décès à l’Etat-civil et sur le Livre mémorial de la Déportation porte la date du 11 juillet 1942 : date fictive, calculée par l’addition d’un délai de 5 jours suivants le départ du convoi (pratique utilisée pour les déportés disparus). Le titre de « déporté politique » lui a été attribué le 17 juin 1957.
Il a été déclaré « Mort pour la France« .

Plaque St Ouen inaugurée en 1946

Une plaque commémorative est inaugurée à Saint-Ouen le 8 mai 1946, à l’initiative des sections CGT des dépôts de bus Michelet, Gonesse, Epinay et Poissonniers. Ils ont souhaité que cette plaque soit apposée hors de l’enceinte de l’entreprise, afin d’exposer à la population le prix payé pour la libération du pays.
Aux coté de M. Langevin, directeur général de la RATP se tiennent les représentants syndicaux et Fernand Lefort, maire de Saint-Ouen élu en 1945.
« Métro-bus » de juin 1946 écrit : « La vie syndicale ou politique, les actes de courage, la vie obscure et féconde de résistant de chacun a été longuement exposée et donnée en exemple à une foule émue ».
Information, photo et citation in Noëlle Gérôme © « Le deuil en hommage : Monuments et plaques commémoratives de la RATP ».

  • Note 1 : 522 photos d’immatriculation des « 45000 » à Auschwitz ont été retrouvées parmi celles que des
    membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction,
    ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation du camp d’Auschwitz. A la Libération elles ont été conservées dans les archives du musée d’Auschwitz. Des tirages de ces photos ont été remis à André
    Montagne
    , alors vice-président de l’Amicale d’Auschwitz, qui me les a confiés.

Sources

  • Fichier national de la Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains (DAVCC), et dossier individuel. Ministère de la Défense, Caen.
  • Archives définitives de la RATP, Maison de la RATP, dossier personnel de Gaston Gaudy. Remerciements à Mme Laurence Loy et Mr. Thiriau.
  • Liste (incomplète) par matricule du convoi du 6 juillet 1942 établie en 1974 par les historiens du Musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau (Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (Ministère de la Défense, Caen) indiquant généralement la date de décès au camp.
  • « Livre des déportés ayant reçu des médicaments à l’infirmerie de Birkenau, kommando d’Auschwitz » (n° d’ordre, date, matricule, chambre, nom, nature du médicament) du 1.11.1942 au 150.7.1943.
  • Photo du Panhard K-63 A in © Site « Le piéton de Paris », histoire des anciens autobus parisiens.
  • Archives de la Préfecture de police de Paris. Renseignements
    généraux, Liste des militants communistes internés le 26 juin 1941.

Notice biographique mise à jour en 2013, 2019 et 2022 à partir de la notice succincte que j’avais préparée à l’occasion du 60ème anniversaire
du départ du convoi et publiée dans la brochure éditée par le Musée d’histoire vivante de Montreuil. Claudine Cardon-Hamet, docteur en Histoire, auteur des ouvrages : «Triangles rouges à Auschwitz, le convoi politique du 6 juillet 1942 » Editions Autrement, 2005 Paris et de Mille otages pour
Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000»
, éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé). Prière de mentionner ces références (auteur et
coordonnées du  blog) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie. Pour la compléter ou la corriger, vous
pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com 

Un Commentaire

  1. Je vois pour la première fois mon grand-père mort le 11 Juillet 1942 dans ce camp de l’horreur !!! Mille fois merci pour cette photo, je suis très émue, qui est Mr CARDON Pierre ? Comment a t-il réussi à se procurer cette photo. Merci encore pour votre site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.