Ce site relate l'histoire du convoi de déportés du 6 juillet 1942 à destination d'Auschwitz — convoi dit des "45.000" — et rassemble des articles historiques, des notices biographiques et des témoignages de déportés publiés par l'historienne Claudine Cardon-Hamet.

A la croisée des deux grandes catégories de la Déportation

Le convoi d’otages parti de Compiègne vers Auschwitz le 6 juillet 1942 occupe une place particulière dans les déportations de France. Placé sous la bannière de la croisade hitlérienne contre le « judéo-bolchevisme » et dispositif de « la politique des otages » destinée à dissuader les résistants communistes de poursuivre leurs attaques contre des officiers et des troupes de l’armée d’occupation, il s’apparente par ses origines aux fusillades massives d’otages communistes et juifs de septembre 1941 à juillet 1943 et aux premiers convois de Juifs de France dirigés sur Auschwitz-Birkenau entre mars et juin 1942.

Sur les 1170 hommes (plus de 1100 « otages communistes » et 50 « otages juifs ») qui furent immatriculés le 8 juillet 1942 à Auschwitz entre les numéros 45157 et 46326 – d’où leur nom de « 45000 » – seuls 119 restaient en vie au jour de la victoire sur le nazisme.

L’histoire de ce convoi atypique – dont les premières recherches furent entreprises en 1971 par Roger Arnould (résistant déporté à Buchenwald et auteur de plusieurs ouvrages édités par la FNDIRP) – a fait l’objet d’une thèse de doctorat d’Histoire soutenue par Claudine Cardon-Hamet en 1995 et de deux ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 » (éd. Graphein, Paris, 1997 et 2000, épuisé) qui publie le contenu de sa thèse avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) – et le livre grand public Triangles rouges à Auschwitz, le convoi politique du 6 juillet 1942 (éd. Autrement, collection Mémoires, Paris, 2005, mis à jour en 2015) édité avec le soutien de la Direction du Patrimoine et de l’Histoire et de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Présentation du convoi

  • 12 pages de présentation du convoi dans le bulletin de la FMD
    Juin 2012 : le bulletin de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation publie – sous ma signature – douze pages de présentation du convoi du 6 juillet 1942. Claudine Cardon-Hamet, Docteure en histoire, auteure des ouvrages « Triangles rouges à Auschwitz » et de « Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 ».  Pour…
  • Politique des otages et déportation à Auschwitz
    Politique des otages et déportation à Auschwitz Le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45 000 » Conclusion de la thèse de doctorat soutenue par Claudine Cardon-Hamet en avril 1995 à l’Université de Paris 8   Singulier par ses origines politiques et par sa composition, le convoi du 6 juillet 1942 rassembla un millier d’otages…
  • Résumé des chapitres de « Triangles rouges à Auschwitz »
    Le 6 juillet 1942, 1175 hommes (environ) quittent le camp de Royallieu à Compiègne, administré et gardé par la Wehrmacht, et sont entassés dans des wagons de marchandises. Trois d’entre eux réussissent à s’évader avant la frontière. Ils jettent des lettres sur la voie qui seront recueillies par les cheminots et transmises à leurs destinataires….
  • Une déportation de représailles contre le « judéo-bochevisme »
    Le convoi d’otages communistes du 6 juillet 1942 s’apparente par ses origines aux fusillades d’otages de Nantes, de Chateaubriant, du Mont Valérien et de bien d’autres lieux d’exécution. Ils font partie des mesures de représailles prises par le commandant militaire en France pour tenter de terroriser les petits groupes armés communistes qui entreprennent d’attaquer des…

Article « Convoi des 45000 » sur Wikipedia


Articles récents

  • Simon Gutman (convoi n° 1 parti de France) témoigne au procès de Rudolf Höss
    Simon Gutman (convoi n° 1 parti de France) témoigne au procès de Rudolf Höss Simon (Szmul) Gutman est né le 20/07/1923 à Varsovie (Pologne). Il est le fils de David Gutman et Cyma né Rosman. En 1929, toute la famille émigre à Paris. Simon Gutman est tailleur. Il habite au 24, rue Vilain à Paris…
  • Louise Alcan témoigne au procès des bourreaux d’Auschwitz
    Louise Alcan, née le 17 février 1910 à Paris, de nationalité française, résidant à Paris, 48 ​​Avenue de la Motte-Picquet, Elle fait des études de lettres, d’art et d’archéologie. Elle est membre du réseau de Résistance du musée de l’Homme. Elle travaille aussi comme garde-malades. secrétaire de l’Association des anciens prisonniers du camp de concentration…
  • Jacques Klinger témoin au procès de Rudolf Höss
    Jacques KLINGER déporté employé à la Haupschaftstube du camp de juin 1942 à 1944 Jacob (Jacques) Klinger est né le 22 septembre 1920 à Strusow (Pologne). Allemand d’origine, né en 1920 en Pologne dans une famille de langue allemande, Jacques a 5 ans quand ses parents fuient l’antisémitisme en Pologne pour s’installer en Allemagne. De…
  • Jacques Lewin, médecin français, témoigne au procès de Höss
    Jacques Lewin est né le 13/02/1904 à Varsovie (Pologne). Il est le fils d’Icek Lewin et Golda née Spekulant. Naturalisé français en 1936, il est médecin et demeure au 4, rue Emile Duclaux à Paris 15e. Il est marié et a un enfant. Il est arrêté lors de la rafle dite « des notables »…
  • Claudette Bloch témoigne au procès de Rudolf Höss
    Claudette Bloch, docteur en biologie au CNRS, témoigne au procès Höss le 25 mars 1947. Elle a également témoigné au procès des 40 responsables du camp d’Auschwitz en décembre 1947 (voir en deuxième partie de cet article). Claude (Claudette) Bloch, née Raphaël, est née le 29/05/1910 à Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine). Elle est la fille de Gaston…