Louis Castel, Archives municipales de Gennevilliers

Matricule « 45.339 » à Auschwitz

Louis Castel : né en 1902 à Lézignan-Corbières (Aude) ; domicilié à Gennevilliers (Seine) ; ouvrier d'entretien, puis employé municipal ; maire-adjoint communiste ; arrêté le 3 décembre 1940, condamné à 18 mois de prison (Santé, Fresnes, Melun), interné aux camps de Voves et de Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz

En cliquant sur le lien ci dessous, lire l’hommage prononcé lors de l’inauguration de la rue Louis Castel

Hommage à Louis Castel

21 septembre 1947 : Hommage prononcé par Waldeck L’Huillier,  Maire de Gennevilliers  pour l’inauguration de la rue Louis Castel



Louis Castel est né le 8 février 1902 à Lézignan-Corbières (Aude).  Louis Castel est domicilié 5, rue Dupressoir à Gennevilliers au moment de son arrestation.
Il est le fils de Jeanne Castel, 21 ans, célibataire, domiciliée rue Courbet à Lézignan. Il est adopté par Jean Coste le 18 juin 1924, « petit militant dans son village natal » (hommage de Waldeck L’huillier). Jeune, il travaille la terre. Il adhère au Parti communiste et à 20 ans il est secrétaire de la cellule de son village.
A son arrivée dans la région parisienne, en 1925, il est embauché à l’usine Citroën de Clichy. Il devient rapidement chef de l’équipe de l’entretien, mais il est licencié en 1926 à la suite d’une grève.
Il devient employé municipal à Clichy (fossoyeur puis jardinier, de janvier 1928 à mai 1934).
Membre du Parti communiste dès 1921, il exerce des responsabilités à la Section de Gennevilliers et, en 1930, au Comité de la « Région de la banlieue-Ouest ».   « Louis Castel, fut candidat du Parti communiste aux élections législatives du 1er mai 1932 dans la circonscription de Saint-Affrique (Aveyron). Sur 13 675 inscrits, il obtint 11 voix soit 0,08 % des suffrages. Il était, en 1932, courant de faire présenter des militants parisiens, originaires de la région, lorsque les candidats locaux manquaient » (Le Maitron). Il est inscrit sur les listes électorales de Gennevilliers : en 1935, il y habite au 15, rue Augustine Guignedoux.

1937 à Granville

A la suite d’élections partielles, il est élu (maire-adjoint) sur la liste de Jean Grandel en novembre 1934 et réélu le 5 mai 1935. « Au printemps 1935, le sous-rayon communiste de Gennevilliers avait envisagé sa candidature à une élection cantonale, suite au décès d’Homère Robert, maire de Villeneuve-la-Garenne, mais la direction du PCF lui préféra Jean Grandel « (Le Maitron)

En 1936, il habite au 15, rue Augustine Guignedoux avec Sophie Devos (une russe née en 1903, naturalisée) qui travaille à Clichy-la-Garenne comme dactylo chez Sadonna.
En 1936, il est l’un des dirigeants des grèves qui mobilisent 25.000 ouvriers de Gennevilliers.  

Il est mobilisé en septembre 1939 à la déclaration de guerre. Il est sergent, apprécié par son capitaine qui le considère comme son meilleur sous-officier… et par les soldats « Ce n’est pas celui-là qui nous cassera les oreilles, mais pour lui, on ferait n’importe quoi« .

A la suite de l’interdiction du Parti communiste le 26 septembre 1939, le « Conseil de Préfecture » le déchoit de son mandat électoral le 9 février 1940 « pour appartenance au Parti communiste« .

Le vendredi 14 juin 1940, les troupes de la Wehrmacht entrent dans Paris, vidée des deux tiers de sa population. La ville cesse d’être la capitale du pays et devient le siège du commandement militaire allemand en France. Toute la banlieue parisienne est occupée les jours suivants. Le 22 juin, l’armistice est signé. Le 10 juillet 1940 le maréchal Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français » et lance la « révolution nationale » en rupture avec nombre de principes républicains (confusion des pouvoirs législatifs et exécutifs ; rejet du multipartisme, suppression des syndicats et du droit de grève, antisémitisme d’état…).

Louis Castel reprend ses activités militantes dès sa démobilisation (entre août et septembre 1940).

Il est arrêté à Malakoff le 3 décembre 1940, chez sa compagne  Sophie Devos, par la police française, au 27 rue de Verdun. Son arrestation fait suite à celle de plusieurs responsables syndicaux. Elle est effectuée par la BS des RG (Brigade spéciale des Renseignements Généraux) avec la collaboration du commissariat de police de Puteaux. Lire dans le site La Brigade Spéciale des Renseignements généraux.

Lors de son arrestation, il est « trouvé porteur de deux tracts de “L’Humanité”, de cinq livres d’adresses dont plusieurs correspondaient à d’anciens
sympathisants communistes, d’une lettre relative à l’organisation du Parti communiste et de plusieurs tickets de métro portant des indications de
rendez-vous qu’il [essaie] de dissimuler 
». Il déclare aux policiers qu’il était chargé de remettre en place une propagande uniquement syndicale.

Le registre de la BS en date du 6 décembre indique : « Porteur de documents clandestins. A été mis en rapport avec 3 individus dont il ignore l’identité, en vue de la reprise de l’activité clandestine« .

6 décembre 1940. Registre de la Brigade spéciale des Renseignements généraux

Le 11 février 1941, la 12ème Chambre correctionnelle le condamne à 18 mois de prison pour « infraction aux décrets du 26 septembre 1939 » interdisant le Parti communiste. Emprisonné à la Santé, puis à Fresnes et enfin à la maison centrale de Melun, il n’est pas libéré à l’expiration de sa peine. Par arrête du Préfet, il est interné administrativement au camp de Voves où il apprend l’espagnol (« il  se délecte à la lecture de Cervantès« ) et fait des mathématiques supérieures.

Le 10 mai 1942 – à la demande des autorités allemandes -, il est transféré au camp de allemand de Compiègne (le Frontstalag 122) en vue de sa déportation comme otage (il y reçoit le numéro matricule n°15153).
Depuis ce camp administré par la Wehrmacht, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».

Depuis le camp de Compiègne, Louis Castel est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942.

Cf Article du site : Les wagons de la Déportation. 

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau.

Louis Castel est immatriculé à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le n° « 45339 ».Sa photo d’immatriculation à Auschwitz (1) a été retrouvée parmi celles que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation d’Auschwitz.

Sa photo d’immatriculation (2) à Auschwitz a été retrouvée parmi celles que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation d’Auschwitz.

Lire dans le site le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale ».  Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau, situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.

Mort pour la France

Louis Castel meurt à Auschwitz, le 11 août 1942, selon les registres du camp.
Dans les années d’après-guerre, l’état civil français, n’ayant pas eu accès aux archives d’Auschwitz emportées par les armées soviétiques, fixe la date de son décès au 15 septembre sur la base des déclarations de deux de ses compagnons de déportation.

Le titre de « Déporté politique » lui a été attribué. Louis Castel est homologué (GR 16 P 110963) au titre de la Résistance intérieure française (RIF) comme appartenant à l’un des mouvements de Résistance. Il est homologué comme sergent dans la Résistance pour « son appartenance à l’O.S. (formation armée du Parti communiste) puis aux F.T.P.F du secteur « Banlieue Ouest de la Région parisienne » (effectif de 300 hommes et femmes) ».

Son décès, comme celui de cinq autres ex-conseillers municipaux, étant ignoré en France à la Libération, son nom est proposé pour la composition du conseil municipal provisoire de Gennevilliers (arrêté préfectoral du 20 octobre 1944).

Photo © Jacques Fath

Son nom figure sur la plaque en Mairie rappelant le sacrifice des élus de Gennevilliers.

Une rue de la ville honore sa mémoire. Dans le quartier des Grésillons la rue Louis Castel se trouve entre la rue Henri Barbusse et l’avenue des Grésillons.

Lors de l’inauguration de cette rue, Le Maire de Gennevilliers, Waldeck l’Huillier, ne

Quartier des Grésillons une rue honore son nom  à Gennevilliers

manque pas de rappeler « son intelligence et son extraordinaire capacité de travail. Très cultivé, c’est un administrateur exceptionnel. Doux, bon, calme et posé« .

Le 6 juillet 1946, la « Voix populaire » de Gennevilliers rend hommage aux 11 communistes déportés quatre ans plus tôt dans « le convoi maudit » vers Auschwitz.

Louis Castel a été déclaré « Mort pour la France » et la mention « Mort en déportation » (en date du 16 juin 1989) a été ajoutée sur son acte d’état-civil (photo ci-dessus).

  • La « Voix Populaire » du 6 juillet 1946 Montage photo Pierre Cardon

    Note 1 : 524 photos d’immatriculation des « 45.000 » à Auschwitz ont été retrouvées parmi celles que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation du camp d’Auschwitz. A la Libération elles ont été conservées dans les archives du musée d’Etat d’Auschwitz. Des tirages de ces photos ont été remis par Kazimierz Smolen (ancien détenu dans les bureaux du camp d’Auschwitz, puis directeur du Musée d’Etat d’Auschwitz) à André Montagne, alors vice-président de l’Amicale d’Auschwitz, qui me les a confiés.

Sources

  • Archives municipales (Liste des déportés, nom des rues, texte du discours d’inauguration de la rue).
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Le Maitron, Claude Pennetier (dir), éditions de l’Atelier, tome, tome 21, page 285.
  • Fichier national de la Division des archives des victimes des conflits contemporains (DAVCC), Ministère de la Défense, Caen.
  • Musée de la Résistance Nationale de Champigny (fonds de liquidation des mouvements O.S. F.N/ F.T.P.F (carton n°302), datant du 12 avril 1951).
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres – incomplets – de l’état civil d’Auschwitz ayant enregistré du 27 juillet 1941 au 31 décembre 1943 le décès des détenus immatriculés).
  • Notes et documents photographiques communiqués par Patrice Castel, son neveu.
  • Archives de la Préfectures de police de Paris, dossiers Brigade spéciale des Renseignements généraux, registres
    journaliers.
  • Echanges avec Patrice Castel (2019).

Notice biographique rédigée en novembre 2005 (complétée en 2016,  2019 et 2021) par Claudine Cardon-Hamet (docteur en Histoire, auteur des ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé) et de Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Autrement, Paris 2005) à l’occasion de l’exposition organisée par l’association « Mémoire vive » et la municipalité de Gennevilliers.  Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce site) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie. Pour compléter ou corriger cette notice biographique, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com 

Un Commentaire

  1. Respect a ce Patriote et ce héros victime du régime nazi.
    Sa famille doit être fière.
    Dorlayne Durel Mongelard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.