Henri Quéruel © Memorial Genweb

Matricule « 46027 » à Auschwitz

Henri Quéruel : né en 1891 à Levallois-Perret (Seine /  Hauts-de-Seine) ; domicilié à Saint-Dizier (Haute-Marne) ; cheminot ; communiste ; arrêté le 30 mai 1940, puis le 12 août 1941 ; interné à Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il meurt le 6 septembre 1942

Henri Quéruel est né au domicile de ses parents, 1 rue des Arts à Levallois-Perret
(Seine /  Hauts-de-Seine) le 15 février 1891. Il habite à Saint-Dizier (Haute-Marne) au moment de son arrestation.
Il est le fils de Cécile, Marthe mars, 32 ans, blanchisseuse et de Charles Quéruel, 36 ans, jardinier.
Il est le cadet d’une fratrie de sept enfants : Maurice (1877), Ernest (1880), Léon (1881), Fernand (1882), Lucie (1886), Charles (1887).
Au moment du conseil de révision il est cocher. Conscrit de la classe 1911, il est incorporé le 1er octobre 1912 au 29ème Régiment de dragons (matricule n° 4404). Le 7 juillet 1914, il a été affecté au 13ème Régiment de dragons, juste avant la déclaration de guerre. En novembre 1915, il est affecté au 38ème Régiment d’artillerie, puis au 9ème groupe d’artillerie d’Afrique qui va combattre sur le front d’Orient. Le 1er février 1917, il est évacué blessé en Avignon, puis aux hôpitaux de Troyes, Brive, et de Limoges (début mai). Le 12 juillet suivant, il rejoint le dépôt du 38ème Régiment d’artillerie. Le 1er décembre 1917, il est affecté au 276ème Régiment d’artillerie de campagne. Téléphoniste, il subit un bombardement par les gaz de combat (inflammation des paupières et des yeux). Evacué sur l’hôpital de campagne jusqu’à la fin avril 1918 (il est cité à l’ordre du régiment et il reçoit la Croix de guerre avec étoile de bronze).
Alors qu’il est encore sous les drapeaux, Henri Queruel épouse Cécile, Madeleine, Clémentine Burot (1886-1979) le 20 août 1918 à Thonnance-lès-Joinville (Haute-Marne). Journalière, puis gantière, elle est née le 19 novembre 1866 à Veacqueville (Haute-Marne). Le couple a 4 enfants, dont 2 majeurs au moment de son arrestation : Paulette (1918), Jeanne (1919) Charlotte (1921) et Maurice (1926-2000).
Il est affecté au 47e Régiment d’artillerie de campagne en septembre, et au 7ème  RAC en octobre.
A la mi-février 1919, il est affecté à la Compagnie des chemins de fer de l’Est, au titre du 106ème RI de Châlons-sur-Marne (Marne). Il est démobilisé le 18 août 1919.
Le 16 février 1920, Henri Quéruel est titularisé par la Compagnie des chemins de fer de l’Est. En octobre 1927, il est conducteur à la gare de Saint-Dizier (à ce titre il est « affecté spécial » pour la réserve de l’armées active.
Cheminot, il sera après 1938 surveillant SNCF.
Il est membre du Parti communiste.
Henri Quéruel est arrêté une première fois le 30 mai 1940 par la police française, et “fait l’objet d’une mesure d’internement, en raison de ses opinions“.
Le 10 mai 1940, la Luftwaffe bombarde le terrain d’aviation de Saint-Dizier et la ville de Joinville.  Le 13 juin 1940 la Wehrmacht occupe Saint-Dizier. Le 15 tout le département est occupé. Le 22 juin, l’armistice est signé : la Haute-Marne est coupée en deux : l’est devient « zone interdite », destinée au « repeuplement allemand », l’ouest se transforme en territoire de stationnement des troupes de la Wehrmacht. Le 10 juillet 1940 Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français ».
Le 28 août 1941 René Bousquet, Préfet de la Marne nommé par Pétain en 1940,  est nommé Préfet régional de la région de Châlons-sur-Marne (Marne, Haute-Marne et Aube). Il donne des instructions très précises pour la surveillance des « menées communistes ». En septembre 1941, avec l’institution de la « politique des otages », les autorités allemandes se font remettre les notices individuelles des communistes arrêtés et incarcérés par la police française.
Libéré, Henri Quéruel entre dans la Résistance : il est membre du réseau Résistance-Fer (il aura le grade de sous-lieutenant FFC à titre posthume). La police allemande l’arrête de nouveau à Nancy (54), le 12 août 1941 (son fils à indiqué le 22 août 1941, à son domicile, par la Gestapo et la police française). Il est soupçonné “d’être l’un des auteurs de la diffusion d’un tract communiste en juillet 1941 et accusé de menées communistes“ (dossier de Brinon).
Henri Quéruel est arrêté en même temps que Pierre Gazelot, Louis Petit et Georges Savary (1). Ils sont conduits à la Kommandantur de Saint-Dizier, avenue de la République pour interrogatoire. Le jour suivant ils sont incarcérés à la Maison d’arrêt de Chaumont. A la demande des autorités allemandes ils est interné au camp allemand de Royallieu à Compiègne, en août 4. Puis il est soigné à l’Hôpital du Val-de-Grâce, il est à nouveau interné à Royallieu début septembre 1941.

Depuis ce camp, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation :
La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages». 

Depuis le camp de Compiègne, Henri Quéruel est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942.

Cf Article du site : Les wagons de la Déportation. 

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau.

Henri Quéruel est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro matricule 46027.

Sa photo d’immatriculation à Auschwitz n’a pas été retrouvée parmi celles que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation d’Auschwitz.
Lire dans le site le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale ».  Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau, situé à 4 km du camp principal.

Dessin de Franz Reisz, 1946

Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.
Henri Queruel meurt à Auschwitz le 6 septembre 1942 d’après les registres du camp (liste (incomplète) par matricule du convoi du 6 juillet 1942 établie en 1974 par les historiens du Musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau.

Son état civil établi dans les années d’après guerre et un arrêté du Arrêté du 24 février 1998, publié au JO du 19 mai 1998 portant apposition de la mention « mort en déportation » portent néanmoins une autre date « mort à Auschwitz le 6 juillet 1942 » (jugement déclaratif de décès), jour du départ du convoi. Afin de donner accès aux titres et pensions aux familles des déportés, l’état civil français n’ayant pas eu accès dans les années d’après-guerre aux archives d’Auschwitz emportées par les armées soviétiques, a fixé celle-ci à une date.

On notera que les archives du camp d’Auschwitz emportées par les soviétiques en 1945 sont accessibles depuis 1995 (certificats de décès, documents officiels allemands, établis par les médecins du camp d’Auschwitz, à la mort d’un détenu. Chaque certificat de décès est constitué du nom, prénom, profession et religion, la date et le lieu de naissance, la résidence d’avant-Auschwitz, date du décès, cause (fictive) du décès et une signature camp des médecins).

Il a été déclaré « Mort pour la France« . Le titre de « déporté résistant » lui a été attribué en 1969. Une rue de Saint-Dizier, le long de la voie ferrée, porte son nom, qui figure également sur la plaque commémorative de la SNCF.

  • Note 1 : Georges Savary est interné à Compiègne, déporté à Sachsenhausen le 23 janvier 1943, il est libéré à Stettin le 23 mai 1945. En 1992 il est responsable de la FNDIRP de Saint-Dizier.

Sources

  • Questionnaire biographique (contribution à l’histoire de la déportation du convoi du 6 juillet 1942), envoyé aux mairies, associations et familles au début de mes recherches, en 1987, rempli par Maurice Quéruel, son fils (22 juillet 1992).
  • Correspondances avec Jean-Marie Chirol, animateur du « Club Mémoires 52 » : communication de ses recherches aux archives départementales et auprès de l’état civil des mairies (1992-1994).
  • Blog du club Mémoires 52, association de recherches historiques consacrées au département de la Haute-Marne, créée, en 1991, par Jean-Marie Chirol (1929-2002).
  • M. Gallois, directeur des Archives départementales de Haute-Marne (octobre 1991).
  • Liste (incomplète) par matricule du convoi du 6 juillet 1942 établie en 1974 par les historiens du Musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau (Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (Ministère de la Défense, Caen) indiquant généralement la date de décès au camp.
  • Courrier (1992) de Georges Savary, responsable de la FNDIRP de Saint-Dizier, ancien interné à Compiègne (arrêté en même temps qu’Henri Quérel et d’autres communistes de Saint-Dizier) et déporté à Sachsenhausen.
  • Photo in Site internet © « Mémorial GenWeb ».
  • © Dessin de Franz Reisz, in « Témoignages sur Auschwitz », ouvrage édité par l’Amicale des déportés d’Auschwitz (1946).

Notice biographique rédigée en novembre 2010, complétée en 2015, 2018 et 2021 par Claudine Cardon-Hamet, docteur en Histoire, auteur des ouvrages : « Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 » Editions Autrement, 2005 Paris et de «Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000. Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce site) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie. Pour compléter ou corriger cette notice biographique, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.