Matricule « 45.304 » à Auschwitz

Roger Brisset : né en 1907 à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), où il est domicilié ; arrêté le 5 octobre 1941 comme otage ; interné au camp de Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il meurt le 13 octobre 1942.

Roger, Louis, Brisset est né le 24 septembre 1907 à Brie-Comte-Robert (Seine et Marne), où il est domicilié 22, rue du Martinet au moment de son arrestation. Il est le fils d’Etienne, Maurice Brisset, ouvrier maçon, 27 ans, né le 2 octobre 1880 à Brie-Comte-Robert et de son épouse Marie, Eugénie David, sans profession, 21 ans.
Ses parents sont domiciliés 27, rue du Martinet à Brie-Comte-Robert. Il a un frère, Eugène.
La famille habite 7, rue Victor Roussel à Melun en 1907, puis rue Dupetit de Beauverger à Brie-Comte-Robert en 1911.
Leur père est tué par un éclat d’obus le 22 juin 1915  à Bois Leprêtre. Il devient de ce fait pupille de la nation en 1922.
Célibataires (1), les deux frères habitent à Brie-Comte-Robert après 1936, au 22, rue du Martinet (en 1936, on trouve plusieurs familles Brisset à Brie-Comte-Robert, y compris au 13, rue du Martinet).  Roger Brisset, qui diffuse la presse communiste est maçon chez Edouard Bailly et son frère employé aux PTT.

Le dimanche 16 juin 1940, des éléments motorisés de la Werhmacht franchissent la Seine à Valvins sur un pont de bateaux. Ils traversent Avon avant d’entrer dans Fontainebleau, précédant le gros des troupes. Le 14 juin, l’armée allemande était entrée par la Porte de la Villette dans Paris, vidée des deux tiers de sa population. La ville cessant d’être la capitale du pays et devenant le siège du commandement militaire allemand en France. Les troupes allemandes occupent toute la banlieue parisienne et les départements voisins les jours suivants.  Le 22 juin, l’armistice est signé. Le 10 juillet 1940 le maréchal Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, abolit la République et s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français ». Il lance la « révolution nationale » en rupture avec nombre de principes républicains (confusion des pouvoirs législatifs et exécutifs ; rejet du multipartisme, suppression des syndicats et du droit de grève, antisémitisme d’état…).

Dans la France occupée, et devant la recrudescence de la propagande communiste,  le gouvernement de Pétain fait opérer dès le mois d’octobre 1940 par la Police française de nombreuses arrestations à l’encontre des principaux responsables communistes d’avant-guerre de la région parisienne. C’est ainsi qu’à la suite d’une dénonciation à la gendarmerie, le domicile des Brisset est perquisitionné le 2 septembre 1941, en présence de leur mère. La perquisition est infructueuse, les gendarmes ne trouvant à leur domicile que des archives d’avant l’interdiction du PCF (un agenda de 1937 édité par le périodique La famille Nouvelle, une photographie d’avant-guerre avec un groupe de vendeurs de L’Humanité, neuf feuilles de papier carbone dont une ayant servit à polycopier une convocation, « probablement antérieure au décret de dissolution ». Ces éléments non probants n’empêchent pas le commissaire de Police de présenter les frères Brisset comme des « révolutionnaires. À interner ». Le 15 septembre, il écrit au Préfet « L’état d’esprit à Brie-Comte-Robert loin d’être excellent. Aucune sanction n’a jamais été prise contre les extrémistes de cette localité. Pour éviter que ceux-ci croient à une carence de l’Autorité et rassurer les bons éléments de la population, j’ai l’honneur de vous proposer l’internement administratif des trois individus désignés ci-après » : Il s’agit d’Édouard Bailly, l’employeur de Roger Brisset, de celui-ci et de son frère Eugène.

Roger Brisset est arrêté le 5 octobre 1941. Il est l’un des premiers arrêtés dans la vaste rafle d’octobre 1941 qui vise les communistes. De nombreux élus ou militants communistes du département sont arrêtés les 19 et 20 octobre. Parmi eux, 42 seront déportés à Auschwitz. Lire dans le blog la rafle des communistes en Seine-et-Marne, octobre 1941.
Il est remis aux autorités allemandes à leur demande. Celles-ci l’internent au camp de Royallieu à Compiègne (le Frontstalag 122).
Depuis ce camp administré par la Wehrmacht, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».

Depuis le camp de Compiègne, Roger Brisset est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942.

Cf Article du site : Les wagons de la Déportation. 

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau.

Il est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro matricule « 45304 ».
Sa photo d’immatriculation à Auschwitz n’a pas été retrouvée parmi celles que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation d’Auschwitz.
Lire dans le site le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale ».  Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau (Brzezinka), situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.
Il est affecté au camp principal (Auschwitz I).

Roger Brisset meurt à l’infirmerie d’Auschwitz le 9 août 1942 d’après son certificat de décès établi au camp pour le registre d’état civil de la municipalité d’Auschwitz (in Death Books from Auschwitz ).

Sa fiche d’état civil établie en France à la Libération porte toujours la mention «décédé à Auchwitz en août 1942)». Il serait souhaitable que le ministère corrige ces dates fictives qui furent apposées dans les années d’après guerre sur les état civils, afin de donner accès aux titres et pensions aux familles des déportés. Cette démarche est rendue possible depuis la parution de l’ouvrage « Death Books from Auschwitz » publié par les historiens polonais du Musée d’Auschwitz en 1995. Lire dans le blog Les dates de décès à Auschwitz.

Son nom figure sur le monument aux déportés de Brie-Comte-Robert.

Note 1 : nous avons toutefois trouvé mention, sur un arbre généalogique, d’un mariage à Brie-Comte-Robert le 7 mai 1932, entre Roger, Louis Brisset et Germaine Rivart, née le 17 janvier 1912 à Berlaimont (Nord). Faute d’accès aux archives des mariages de cette année, nous n’avons pu vérifier si ce Roger, Louis Brisset était bien le fils de Marie David et d’Etienne Maurice Brisset.

Sources

  • Listes – incomplètes – du convoi établies par la FNDIRP après la guerre (archives de la F.N.D.I.R.P).
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres – incomplets – de l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC), Ministère de la Défense, Caen (fiche individuelle consultée en 1993).
  • Liste (incomplète) par matricule du convoi du 6 juillet 1942 établie en 1974 par les historiens du Musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau (Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (Ministère de la Défense, Caen) indiquant généralement la date de décès au camp.
  • Site Internet mémorial « GenWeb ».
  • Archives départementales de Seine-et-Marne, Dammarie-les-Lys, cabinet du préfet.

Notice biographique installée en novembre 2013, complétée en 2017 et 2022 par Claudine Cardon-Hamet (docteur en Histoire, auteur des ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé) et de Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Autrement, Paris 2005) .  Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce site) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette notice biographique. Pour la compléter ou la corriger cette notice biographique, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.