Voltaire Cossart à Auschwitz. Photo abîmée, retouchée © Pierre Cardon

Matricule « 45.401 » à Auschwitz

Voltaire Cossard : né en 1908 à Liévin (Pas-de-Calais) ; domicilié à Bagnolet ; cantonnier, paveur, sapeur-pompier ; communiste ; commissaire politique dans les brigades internationales en Espagne ; arrêté le 22 février 1942 ; interné aux camps de Rouillé et de Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il meurt le 22 janvier 1943.

Voltaire Cossard est né le 28 août 1908 à Liévin (Pas-de-Calais). Il habite au 39, rue de la Mairie à Bagnolet (Seine / puis Seine-St-Denis) au moment de son arrestation.
Il est le fils de Marie Elise Léglise, 28 ans, ménagère et de Florimond Cossart, 31 ans, mineur de houille, son époux. Ses parents habitent Cité Emile Combes, premier sentier, numéro 12.
Il a six sœurs et frères (Florimond (1903-1969), Louise (1905-1994), Dora (1906-1975), Francisco (1910-1985), Kléber (1920-1994) et  Séverine) (1).
Le 1er  octobre 1930, Voltaire Cossart est embauché à la mairie de Bagnolet comme employé auxiliaire permanent, en qualité de cantonnier-paveur (terrassier) et pompier. Il s’inscrit sur les listes électorales de la ville en 1932. Il est alors domicilié au 10 sentier des Fossillons.
Voltaire Cossart est membre Parti communiste depuis 1930 à Bagnolet (2ème rayon des 11ème et 20ème arrondissements de Paris-Est, Montreuil, Bagnolet, Les Lilas, Le Pré-Saint-Gervais), sous-rayon de Bagnolet).
Il est adhérent au syndicat CGTU du personnel des Services publics, municipaux…
Le 4 juillet 1932, il est arrêté préventivement vers 18 heures place de la Concorde avec 150 autres manifestants (dont Jules Crapier des cheminots, Maurice Nilès permanent CGTU). La manifestation est appelée par le cartel intersyndical des services publics de la région parisienne contre les menaces gouvernementales concernant leurs traitements. Comme ses camarades, il est relâché vers 22 heures.

L’insigne des BI

«Il fut volontaire des Brigades internationales en Espagne de novembre 1936 à septembre 1938″.  (Le Maitron). Début novembre 1936, Voltaire Cossart s’engage dans les Brigades internationales. Il devient commissaire politique de la compagnie de mitrailleuses du 13ème bataillon de la 14ème brigade (La « Marseillaise »). Il y retrouve son frère Francis lui aussi commissaire politique (Le Maitron).
Son nom est inscrit sur une liste de volontaires français à rapatrier (en date du 4 septembre 1937). Lire dans le blog : Liste
des « 45000 » ayant combattu pour l’Espagne Républicaine (1936-1938) 

A son retour en France, il épouse Yvonne, Marcelline Beau le 15 octobre 1938 à Bagnolet.
A la déclaration de guerre, Voltaire Cossart, est mobilisé le 25 août 1939 comme sapeur-pompier (il est « affecté spécial », car c’est l’un de ses emplois à la mairie de Bagnolet et qu’en octobre 1939 les sapeurs pompiers de la capitale prennent en charge la protection de la banlieue). Les pompiers communaux sont intégrés au corps des sapeurs pompiers de Paris.
Il est alors affecté aux Sapeurs-pompiers de Paris le 4 avril 1940, à la  caserne de la rue Haxo (Paris 20ème).

Le jeudi 13 juin 1940, la Wehrmacht occupe Aubervilliers. Le 14 juin 1940, les troupes de la Wehrmacht entrent dans Paris, vidée des deux tiers de sa population. La ville cesse d’être la capitale du pays et devient le siège du commandement militaire allemand en France. Les troupes allemandes occupent toute la banlieue parisienne les jours suivants.  Le 22 juin, l’armistice est signé. Le 10 juillet 1940 le maréchal Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français » et lance la « révolution nationale » en rupture avec nombre de principes républicains (confusion des pouvoirs législatifs et exécutifs ; rejet du multipartisme, suppression des syndicats et du droit de grève, antisémitisme d’état…).

Il est vraisemblable que Voltaire Cossard ait été licencié par la délégation municipale qui a remplacé l’ancienne municipalité communiste. Il est alors embauché comme manœuvre chez son beau-frère, M. Beau, entrepreneur de maçonnerie.
Dès le 1er novembre 1940, le commissaire de police des Lilas transmet au directeur des Renseignements généraux en les noms de quatre « militants communistes notoirement connus » comme étant propagandistes et à l’encontre desquels une mesure d’internement administratif pourrait être prise. Trois d’entre eux « ont fait la guerre d’Espagne », parmi lesquels Voltaire Cossart et Édouard Vasselin.
« Voltaire Cossart fut signalé par un rapport de police du 23 décembre 1941 parmi les anciens des Brigades internationales présents dans le département de la Seine. Il était alors domicilié aux Lilas » (Le Maitron).  En juin 1941, le même commissaire de police propose de nouveau l’internement de Voltaire Cossart, « ne paraissant que rarement à son domicile » et étant « fortement soupçonné de se livrer à la propagande clandestine ».

Le 23 décembre 1941, son nom figure sur une liste d’anciens Brigadistes devant être arrêtés le lendemain matin. Il s’agit d’une rafle opérée par la police française sur la base des renseignements fournis par la 3ème section des Renseignements généraux, à la demande du Conseiller Karl Boemelburg, chef de l’ensemble des forces de police allemande en France, qui considère les anciens brigadistes comme très dangereux.
Il échappe à l’arrestation (les agents ne le trouvent pas ç son domicile du 102 rue du Moulin-de-l’Épine), mais huit autres de ses camarades sont arrêtés dans la même période (du 23 au 25 décembre). Il s’agit de Jean Cazorla  d’Aubervilliers, Elie Delville de Paris 19ème, Maurice Fontès de Choisy-le-Roy,  Fernand Godefroy d’Epinay, Raymond Legrand de Paris 3ème, Louis Pierre Piazzalunga de Bondy, André Steff de Vanves et Fernand Tilliet de Vanves.
Voltaire Cossart est arrêté le 22 février 1942. Il a répondu à une convocation du commandement des sapeurs-pompiers pour une manœuvre : il est arrêté à la sortie du centre de secours des sapeurs-pompiers par deux inspecteurs des Renseignements généraux qui le conduisent au Dépôt de la Préfecture. Selon les rapports de police, il s’agit d’un piège préparé par les RG avec le concours du capitaine commandant la compagnie de sapeurs-pompiers. Son domicile est perquisitionné.
Il est maintenu pendant deux mois au Dépôt de la Préfecture où il côtoie Gilbert Conrairie, un ancien des Brigades Internationales comme lui.

Transfert du Dépôt de la Préfecture vers Voves Les noms des policiers sont anonymisés

Puis le 16 avril, ils sont internés au CSS de Voves (Eure-et-Loir). Lire dans le site : Le camp de Voves.

Le 10 mai 1942 il est transféré en vue de sa déportation comme otage avec 80 autres internés de Voves au camp allemand (Frontstallag 122) de Royallieu à Compiègne à la demande du MBF (Militärbefehlshaber in Frankreich), commandement militaire en France jusqu’en juin 1942 – installé à Paris (hôtel Majestic). Cinquante-six d’entre eux seront déportés à Auschwitz.
Les 10 et 20 mai 1942, 109 internés du camp de Voves ont été transférés à destination de Compiègne. 93 d’entre eux feront partie du convoi du 6 juillet 1942.
Depuis ce camp administré par la Wehrmacht, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».

Depuis le camp de Compiègne, Voltaire Cossart est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942.

Lire l’article du site : Les wagons de la Déportation

Cf Article du site : Les wagons de la Déportation. 

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau.

Il est immatriculé le 8 juillet 1942

Voltaire Cossart se voit attribuer le numéro matricule « 45404 » qui sera désormais sa seule identité pour ses gardiens. Sa photo d’immatriculation à Auschwitz (2) a été retrouvée parmi celles que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation d’Auschwitz.

Lire dans le site le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale ».  Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau (Brzezinka), situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.

Auschwitz, l’entrée du camp principal

Voltaire Cossard meurt à Auschwitz le 27 janvier 1943 (date inscrite dans les registres du camp et transcrite à l’état civil de la municipalité d’Auschwitz ; in Death Books from Auschwitz, Tome 2, page 186).Une plaque à son nom est apposée au 10 bis Sente de la Fosse aux Fraises.

  • Note 1 : Son frère aîné, Francis (Francisco) Cossart, né à Liévin (Pas-de-Calais) le 26 août 1910, habitait au 25 rue Colbert à Bagnolet, fut également volontaire en Espagne républicaine à dater du 19 novembre 1936 et commissaire politique, ensuite domicilié à Paris (XXe). Il était adhérent à l’ARAC et à l’AVER en 1971. Son autre frère aîné, Florimond Charles Cossard est né en 1903 dans le Pas-de-Calais. Il habitait également Bagnolet au 6, rue Hoche, et était lui aussi employé municipal. Il fut arrêté le 4 mars 1940, et interné au « centre de séjour surveillé » de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn).
  • Note 2 : 524 photos d’immatriculation des « 45.000 » à Auschwitz ont été retrouvées parmi celles que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation du camp d’Auschwitz. A la Libération elles ont été conservées dans les archives du musée d’Etat d’Auschwitz. Des tirages de ces photos ont été remis par Kazimierz Smolen (ancien détenu dans les bureaux du camp d’Auschwitz, puis directeur du Musée d’Etat d’Auschwitz) à André Montagne, alors vice-président de l’Amicale d’Auschwitz, qui me les a confiés.

Sources

  • Et les gens de Bagnolet se levèrent. Notes de Jean Pierre Gast, avant parution de son ouvrage (avril 2004).
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres – incomplets – de l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Le Maitron, Claude Pennetier (dir), éditions de l’Atelier, CD-Rom, éditions 1998 et 2011. Note de Jean-Pierre Besse et Claude Pennetier.
  • Liste (incomplète) par matricule du convoi du 6 juillet 1942 établie en 1974 par les historiens du Musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau indiquant généralement la date de décès au camp (Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC), Ministère de la Défense, Caen).
  • Stéphane Fourmas, Le centre de séjour surveillé de Voves (Eure-et-Loir) janvier 1942 – mai 1944, mémoire de maîtrise, Paris-I (Panthéon-Sorbonne), 1998-1999.
  • © Geneanet

Notice biographique rédigée en novembre 2007 (complétée en 2014,  2019, 2020 et 2022) par Claudine Cardon-Hamet (docteur en Histoire, auteur des ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé) et de Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Autrement, Paris 2005) .  Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce site) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette notice biographique. Pour la compléter ou la corriger cette notice biographique, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.