Matricule « 45.357 » à Auschwitz   Rescapé

Eugène Charles : né en 1913 à Nantes où il habite ; Chaudronnier aux Chantiers de Bretagne ; communiste ; Résistant arrêté le 23 juin 1941 ; interné à Compiègne ; déporté à Auschwitz le 6 juillet 1942, puis Hersbrück, Dachau ; Rescapé

Nantes, juin 1940, véhicules d’officiers allemands sur le parvis de la chapelle de l’Oratoire © D. Bloyet

Eugène Charles est né le 9 octobre 1913 à Nantes (Loire-Atlantique). Il habite à Nantes au 16, rue Sainte-Anne au moment de son arrestation. Il est le fils de Marie, Juliette Husson et d’Eugène Charles, 21 ans, manœuvre, son époux. Ses parents habitent au 3, rue Perrières à Nantes.
Le 14 avril 1934, à Chantenay (Nantes), il épouse Jeanne, Marguerite, Marie Le Floc’h.
Il  travaille comme forgeron aux Chantiers de Bretagne depuis 1934.
Il est le secrétaire de la cellule du Parti communiste du quartier Sainte-Anne à Nantes, il y milite avec André Lermite (45785 mort à Auschwitz), Marguerite Joubert sa femme, Alphonse Braud (mort à Auschwitz) et le responsable de Nantes, Raymond Sémat.
A la déclaration de guerre, il est « affecté spécial » aux Chantiers de Bretagne. Aussitôt les Chantiers occupés par les Allemands, Eugène Charles et ses camarades communistes (Gaby Goudy est son responsable) mettent en place une organisation clandestine. Leur mission : effectuer des sabotages sur les presses et des outillages, ralentir le travail et distribuer des tracts contre l’occupant et le régime de Vichy qui pratique la collaboration.
Le 14 juin 1940, la Wehrmacht défile à Paris, sur les Champs-Élysées. Le 19 juin Nantes est occupée et vit à l’heure de Berlin : le 21 juin 1940, horloges et montres sont avancées d’une heure. Le 22 juin, l’armistice est signé : la France est coupée en deux par la « ligne de démarcation » qui sépare la zone occupée de celle administrée par Vichy. Le 10 juillet 1940 Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français ».
Eugène Charles est arrêté le 23 juin 1941 à son domicile par les Allemands, dans le cadre de la grande rafle commencée le 22 juin 1941, jour de l’attaque hitlérienne contre l’Union soviétique. Sous le nom « d’Aktion Theoderich », les Allemands arrêtent plus de mille communistes dans la zone occupée, avec l’aide de la police française.
Il est interrogé par un officier qui parle parfaitement le français et qui lui lit la liste détaillée de ses activités militantes d’avant-guerre. Ce qui montre que les Allemands tenaient ces renseignements des autorités françaises.
Il est ensuite incarcéré à la prison du Champ de Mars de Nantes, puis transféré au camp allemand de Compiègne (Frontstalag 122), le 13 juillet. Depuis ce camp, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, voir les deux articles du site : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».

Depuis le camp de Compiègne, Eugène Charles est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942

Cf l’article du site : Les wagons de la Déportation.  

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau.
Sa photo d’immatriculation à Auschwitz (1) a été retrouvée parmi celles que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation d’Auschwitz.  Lire dans le blog le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale »
Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau, situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I

Le Kommando de la Forge

approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.
Il est affecté au Kommando de la Forge.  Il y travaille avec Ferdinand Bigaré, Raymond Boudou, Gabriel Lacassagne, Marceau Lannoy, Jules Le Troadec et Victor Louarn.
Entre le 14 août 1943 et le 12 décembre 1943, il est en quarantaine au Block 11 avec la quasi totalité des français survivants.
Lire l’article du site »les 45000 au block 11.
Le 7 septembre 1944, il fait partie du groupe des 29 « 45.000 » transférés à Gross-Rosen, où il reçoit le matricule « 40985 ». Eugène Charles y contracte un érésipèle dont il guérit grâce aux soins d’un médecin polonais qui travaille comme détenu à l’infirmerie du camp.
Il est ensuite évacué sur le camp d’Hersbrück le 22 mars 1945 (où il reçoit le matricule 84391), puis vers Dachau où il arrive le 24 avril.
Lire dans le site, « les itinéraires suivis par les survivants ».
Il est libéré le 29 avril par l’armée américaine et il est rapatrié à Nantes le 19 mai 1945, via Paris et l’Hôtel Lutétia.

Mars 1980 : de bas en haut : René Aondetto, Eugène Charles et  Marie-Claude Vaillant-Couturier

Il reprend son travail aux Chantiers de Bretagne jusqu’en 1963, mais à la suite d’une grave opération – liée aux séquelles de sa déportation – il doit renoncer à travailler.
Il est homologué au titre de la Résistance intérieure française (RIF) et DIR (Déportés et Internés Résistants) comme appartenant à l’un des mouvements
de Résistance.
Il reçoit la carte de « Déporté Résistant«  le 9 janvier 1956, et possède plusieurs décorations : la Médaille militaire, la Croix des Volontaires de la Résistance, la Légion d’Honneur (chevalier, puis officier). Militant de la FNDIRP, il participe aux rassemblements des « 45.000 » au Havre et à Compiègne.
Ci-contre agrandissement de la photo du rassemblement des « 45000 » et des « 31000 » au Havre en mars 1980 : derrière lui Marie Claude Vaillant Couturier pose une main sur son épaule. Devant lui René Aondetto.

Eugène Charles, années 1970
    • Sources

    Correspondance (1979-1980)

  • Questionnaire biographique rempli par Eugène Charles le 21 octobre 1987.
  • Photo FNDIRP.

    Compiègne 1982 , avec Lucien Ducastel, à gauche de la photo. Eugène Charles est à droite de la photo, porteur de lunettes.
  • Cassette audio enregistrée par mes soins à Rambouillet, chez Roger Arnould, lors d’une rencontre avec les rescapés du convoi. Robert Gaillard y décrit les souffrances de son camarade Eugène Charles, et parle de lui avec admiration.
  • Photo couleur du 27 juin 1982 prise par Roger Arnould.

Notice biographique rédigée en avril 2002 (complétée en 2009, 2017 et 2021) pour la deuxième exposition de l’AFMD de Nantes, par Claudine Cardon-Hamet, docteur en Histoire, auteur des ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé) et de Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Autrement, Paris 2005. Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce blog) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie.
Pour compléter ou corriger cette biographie, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.