André Gauthier : né en 1903 à Saint-Denis (Seine / Seine-Saint-Denis), où il habite ; monteur ajusteur ; délégué CGT ; arrêté le 6 décembre 1940 ; condamné à 6 mois de prison ; interné aux camps d’Aincourt, de Voves et de Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il meurt le 19 février 1943.

André Gauthier est né le 23 novembre 1903 au domicile de ses parents, 20, rue du Landy, à Saint-Denis dans le département de la Seine (aujourd’hui en Seine-Saint-Denis / 93). Il habite 13, rue Nicolas Leblanc à Saint-Denis au moment de son arrestation.
Il est le fils d’Antoinette Laboucheix, 31 ans, née en 1872 à Ursel (Corrèze), ménagère et de Joseph Gauthier, 25 ans, journalier, son époux.
En 1925, André Gauthier s’inscrit sur les listes électorales de Saint-Denis, où il habite avec sa mère et ses frères au 31, rue du Chemin vert.
Le 18 juin 1927, à Brest (Finistère), il épouse Marie, Anna, Jeanne Le Hir (1901-1982). Elle est née le 22 janvier 1901 à Brest. En 1931 le couple n’habite plus au 31, rue du Chemin vert, où seuls habitent encore sa mère et ses deux frères, qui sont tous les deux apprentis-ajusteurs chez Spiros. Le couple a deux filles. Andrée, qui naît en 1929 et Denise, qui naît en 1931, toutes deux à Saint-Denis. En 1936, la famille habite au 13, rue Nicolas Leblanc. André Gauthier travaille comme monteur-ajusteur à la compagnie de la Loire Saint-Denis. Son épouse est sans profession.

Le 13 rue Nicolas Leblanc, plaque à droite de la porte

Militant CGT, délégué syndical, les renseignements généraux le considèrent comme communiste, car il a reçu en 1936 des collègues à son domicile en 1936, collègues de travail qu’ils considèrent comme sympathisants communistes. II semble avoir poursuivi des activités dans la clandestinité au sein de la CGT clandestine, après l’interdiction du Parti communiste, le 26 septembre 1939.

Le 13 juin 1940 la Wehrmacht occupe Pantin. Le 14 juin, l’armée allemande occupe Drancy et Gagny et entre par la Porte de la Villette dans Paris, vidée des deux tiers de sa population. La ville cesse d’être la capitale du pays et devient le siège du commandement militaire allemand en France. Les troupes allemandes occupent toute la banlieue parisienne les jours suivants.  Le 22 juin, l’armistice est signé. Le 10 juillet 1940 le maréchal Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, abolit la République et s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français ». Il lance la « révolution nationale » en rupture avec nombre de principes républicains (confusion des pouvoirs législatifs et exécutifs ; rejet du multipartisme, suppression des syndicats et du droit de grève, antisémitisme d’état…). A Saint-Denis la Wehmarcht installe un Frontstalag à la caserne des Suisses, qui fonctionne en réseau avec le Frontstalag 111 de Drancy et le camp de Romainville.

Il est arrêté le 6 décembre 1940 à son domicile par des policiers français du commissariat de Saint-Denis.

Liste des renseignements généraux, avec les « motifs » de l’internement. Montage à partir de l’en-tête du document

Il est d’abord interné au camp français de « séjour surveillé » d’Aincourt en Seine-et-Oise (aujourd’hui dans le Val d’Oise) ouvert spécialement, en octobre 1940, pour y enfermer les communistes de la région parisienne arrêtés par le gouvernement de Vichy. Lire dans ce site : Le camp d’Aincourt.

Son épouse a multiplié les démarches auprès des autorités françaises : Préfets de la Seine et Seine-et-Oise, Préfet de Police de Paris, De Brinon, « ambassadeur » délégué général du gouvernement français dans les territoires occupés ; elle a également obtenu que le Syndicat des Métaux «officiel» (la CGT réformiste a été dissoute le 9 novembre 1940) intervienne auprès des autorités pour sa libération.  Si bien que – fait assez rare – le 27 février 1942, Andrey, le commissaire de police spécial commandant le camp d’Aincourt, après avoir auditionné André Gauthier, signe un avis favorable à une libération, que contresigne le Préfet de Seine-et-Oise le 6 mars 1942 (les internés administratifs à Aincourt en 1940 n’ont en effet pas été condamnés : la révision trimestrielle de leurs dossiers est censée pouvoir les remettre en liberté, s’ils se sont « amendés »… Andrey, dont l’anticommunisme est connu, a émis très peu d’avis favorables).
Il est ensuite transféré le 5 mai 1942 au camp d’internement français de Voves. Lire dans ce site : Le camp de Voves
Dans deux courriers en date des 6 et 9 mai 1942, le chef de la Verwaltungsgruppe de la Feldkommandantur d’Orléans envoie au Préfet de Chartres deux listes d’internés communistes du camp de Voves à transférer au camp d’internement de Compiègne à la demande du commandement militaire en France. André Gauthier figure sur la première liste. Sur les deux listes d’un total de cent neuf internés, 87 d’entre eux seront déportés à Auschwitz. Le directeur du camp a fait supprimer toutes les permissions de visite « afin d’éviter que les familles assistent au prélèvement des 81 communistes pris en charge par l’armée d’occupation ». La prise en charge par les gendarmes allemands s’est effectuée le 10 mai 1942 à 10 h 30 à la gare de Voves. Il poursuit : « Cette ponction a produit chez les internés présents un gros effet moral, ces derniers ne cachent pas que tôt ou tard ce sera leur tour. Toutefois il est à remarquer qu’ils conservent une énergie et une conviction extraordinaire en ce sens que demain la victoire sera pour eux ». Il indique que « ceux qui restèrent se mirent à chanter la «Marseillaise» et la reprirent à trois reprises ». Le directeur du camp a fait supprimer auparavant toutes les permissions de visite « afin d’éviter que les familles assistent au prélèvement des 81 communistes pris en charge par l’armée d’occupation ».
Les Allemands le transfèrent le 10 mai au camp allemand de Royallieu à Compiègne le Frontstalag 122 en vue de sa déportation comme otage. Il y reçoit le matricule « 5694 ».
Depuis ce camp administré par la Wehrmacht, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».

Cf l’article du
blog : Les
wagons de la Déportation

Depuis le camp de Compiègne, André Gauthier est déporté à Auschwitz avec son fils dans le convoi du 6 juillet 1942.

Cf Article du site : Les wagons de la Déportation. 

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau.

 Son numéro d’immatriculation à Auschwitz n’est pas connu. Le numéro 45580 figurant dans mes deux premiers ouvrages sur le convoi du 6 juillet 1942 (éditions de 1997 et 2000) et signalé comme incertain (voir l’avertissement précédant la liste alphabétique) correspond à une tentative de reconstitution de la liste du convoi par matricules. Elle avait notamment pour objectif de faciliter l’identification des 524 photos anthropométriques de « 45000 » préservées de la destruction par des résistants du camp et retrouvées après la libération d’Auschwitz. Cependant, cette reconstitution n’a pu aboutir en raison de l’existence de quatre listes alphabétiques successives, de la persistance de lacunes pour plus d’une dizaine de noms et d’incertitudes sur plusieurs centaines de numéros matricules. Il serait donc imprudent d’attribuer ce numéro à André Gauthier en l’absence de nouvelles preuves. La photo anthropométrique du déporté portant le matricule 45480 ne peut donc lui être attribuée sans une identification préalable au moyen de photographies antérieures à sa déportation ou de témoignages fiables. Si vous reconnaissez André Gauthier sur cette photo, je vous serais reconnaissante de me le faire savoir.

Lire dans le blog le récit de leur premier jour à
Auschwitz : L’arrivée
au camp principal, 8 juillet 1942.
et 8
juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale »

Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170
déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont
conduits à pied au camp annexe de Birkenau, situé à 4 km du camp
principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les
spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et
vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les
autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des
Blocks.

André Gauthier meurt le 19 février 1943 à Auschwitz, d’après les registres du camp. Dans les années d’après-guerre, l’état civil français qui n’avait pas eu accès aux archives d’Auschwitz emportées par les armées soviétiques, fixe la date de son décès au mois de janvier 1943 (01/01/1943) sur la base du témoignage de deux de ses compagnons de déportation.

Une plaque, apposée à son domicile, indique « Ici vécut André Gauthier supplicié à Auschwitz 1903-1942». André Gauthier est homologué après la guerre comme « Déporté politique ».

Sources

  • Archives en ligne de Seine-Saint Denis : état civil et recensement de la population (1936).
  • Listes – incomplètes – du convoi établies par la F.N.D.I.R.P. après la guerre (archives de la F.N.D.I.R.P).
  • Stéphane Fourmas, Le centre de séjour surveillé de Voves (Eure-et-Loir) janvier 1942 – mai 1944, mémoire de maîtrise, Paris-I (Panthéon-Sorbonne), 1998-1999.
  • Archives municipales de Saint-Denis (consultées en 1988 par Fernand Devaux).
  • Fichier national (Bureau des archives des conflits contemporains, Caen, archives du ministère de la Défense).
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres – incomplets – de l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, du 27 juillet 1941 au 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).

Notice biographiquee réalisée en mai 2007, mise à jour en 2019 par Claudine Cardon-Hamet, docteur en Histoire, auteur des ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé) et de Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Autrement, Paris 2005. Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce blog) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie.

Pour compléter ou corriger cette biographie, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.