Henri Duval à Auschwitz le 8 juillet 1942

Matricule « 45.519 » à Auschwitz

Henri Duval : né en 1898 à Paris 19ème.  ; ajusteur, tôlier-formeur, chaudronnier ; syndicaliste CGT, communiste ; arrêté le 4 juillet 1941 ; interné à la caserne des Tourrelles et aux camps de Rouillé et de Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il meurt le 18 septembre 1942.

Henri Duval est né le 21 juillet 1898 à Paris 19ème.  Il habite au 62, rue Marie-Anne Colombier à Bagnolet (Seine / Seine-St-Denis) au moment de son arrestation.
Il est le fils de Marie, Augustine Cucu, 29 ans et de Gervais, Gabriel Duval, comptable, son époux.
Son registre matricule militaire nous apprend qu’il mesure 1m64, a les cheveux châtains clairs, les yeux bleus, le front vertical, le nez légèrement cave et le visage ovale.
Au moment du conseil de révision, il habite chez ses parents au 11, rue de Flandre à Paris 19ème.
Il est ajusteur, puis sera tôlier-formeur. Il a un niveau d’instruction n° 2 pour l’armée (sait lire et compter).
Conscrit de la classe 1918, il est recensé dans le département de la Seine (matricule 1247). Il est mobilisé par anticipation au début de 1917, comme tous les jeunes hommes de sa classe depuis la déclaration de guerre. Il est affecté le 16 avril 1917 au 31ème Régiment d’artillerie de campagne. Le 21 décembre, il est envoyé au 26ème RAC. Puis au 250ème RAC le 9 janvier 1918.

Le 1ernovembre 1918, il est cité à l’ordre du régiment « jeune téléphoniste, plein d’entrain et de bravoure a rendu de grands services lors des attaques de septembre 1918 en coopérant activement, de jour comme de nuit, au bon fonctionnement du service téléphonique de sa batterie, dans des circonstances difficiles ».  Henri Duval est décoré de la Médaille de la Victoire (créée en 1922). Après l’armistice, il est envoyé au 49ème RAC le 24 avril 1919, puis au 5ème Régiment du génie le 5 décembre 1919.
Il est démobilisé le 28 mai 1920, « certificat de bonne conduite accordé ».
En 1922, il travaille comme charcutier chez Caillette au 10, rue de Flandre.  Il habite au  n° 11.
Il épouse Lucie, Louise Caillette le 20 avril 1922 à Paris 19ème. Elle est charcutière, 18 ans, née le 13 novembre 1903 à Paris 19ème.  Elle est domiciliée chez ses parents charcutiers au 10, rue de Flandre.
Le couple se sépare et divorce (jugement du 3 mai 1929).
En 1932, Henri Duval s’inscrit sur les listes électorales de Bagnolet et déclare forgeron comme profession. En avril 1933, il habite toujours à Bagnolet au 52, rue Marie-Anne Colombier.
En 1936, il est forgeron chez Renault. Lire dans le site : 27 ouvriers de chez Renault déportés à Auschwitz . 
Le registre de recensement de 1936 indique qu’il habite à la même adresse et l’appartement voisin (N° 5791 et N° 5792) de Valentine Duval, née Rosalie Guérin, le 4 mai 1883 à Chéméré-le-Roi (Mayenne), alors au chômage, épouse, sans doute veuve, d’Auguste, Georges Duval (1). Elle est vraisemblablement sa belle-sœur, son aînée de 13 ans.
On ignore si Henri Duval est licencié de chez Renault, comme d’autres syndicalistes après les grèves de 1936, ou s’il a trouvé un meilleur travail. En effet, en 1937, il travaille à Neuilly à la Société anonyme des appareils G.A.L. au 80 boulevard Bourdon. Ce travail lui vaut pour l’armée d’être classé dans la réserve  comme « affecté spécial ».
En juin 1939, il travaille à la Société générale de fabrication aéronautique à Billancourt. Il est alors classé « affecté spécial » par l’armée. A la déclaration de guerre, il est donc mobilisé sur son lieu de travail, jusqu’au 1erjanvier 1940. Il est alors affecté au dépôt de cavalerie41. A nouveau « affecté spécial », il est rayé de celle-ci par mesure disciplinaire le 13 mai 1940 (la plupart des affectés spéciaux syndicalistes et/ou communistes sont radiés à cette époque). Il est réintégré à l’Affectation Spéciale le 21 mai 1940.

Le 14 juin 1940, les troupes de la Wehrmacht entrent dans Paris, vidée des deux tiers de sa population. La ville cesse d’être la capitale du pays et devient le siège du commandement militaire allemand en France. Les troupes allemandes occupent toute la banlieue parisienne les jours suivants.  Le 22 juin, l’armistice est signé. Le 10 juillet 1940 le maréchal Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français » et lance la « révolution nationale » en rupture avec nombre de principes républicains (confusion des pouvoirs législatifs et exécutifs ; rejet du multipartisme, suppression des syndicats et du droit de grève, antisémitisme d’état…).

Henri Duval est arrêté le 4 juillet 1941. Le motif qui figure sur sa fiche individuelle au DAVCC à Caen est : «syndicaliste».
Il est interné le même jour à la caserne des Tourelles (2), boulevard Mortier à Paris XXème.
Il est transféré le 9 octobre 1941 au camp d’internement administratif de Rouillé dans le Haut-Poitou (Vienne), ouvert le 6 septembre 1941 sous la dénomination de « centre de séjour surveillé » pour y interner les membres du Parti Communiste et syndicalistes de la région parisienne.
Lire dans ce site :  le camp de Rouillé
Le 22 mai 1942, à la demande des autorités allemandes il est transféré, avec environ 180 détenus de Rouillé, au camp allemand de Royallieu à Compiègne (le Frontstalag 122) en vue de sa déportation comme otage.
Depuis ce camp administré par la Wehrmacht, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».  

Depuis le camp de Compiègne, Henri Duval est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942.

Cf Article du site : Les wagons de la Déportation. 

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau

Il est immatriculé le 8 juillet 1942 à Auschwitz

Il est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro « 45519″Lire dans le site le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale ».  Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau (Brzezinka), situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks. Compte tenu de sa profession, il a vraisemblablement été ramené au camp principal.

Dessin de Franz Reisz, 1946

Henri Duval meurt à Auschwitz le 18 septembre 1942 (date inscrite dans les registres du camp et transcrite à l’état civil de la municipalité d’Auschwitz ; in Death Books from Auschwitz, Tome 2, page 248). Cette date suit une importante «sélection» des «inaptes au travail» destinés à être éliminés dans les chambres à gaz de Birkenau, « sélection » au cours de laquelle près de 150 « 45000 » ont été assassinés.

Cette date a été reprise par l’arrêté ministériel du 32 mars 1989 portant apposition de la mention “Mort en déportation” sur son acte de décès (J.O. du 30-05-1989). Il a été déclaré « Mort pour la France ». Le titre de « déporté politique » lui a été attribué le 5 octobre 1954.

  • Note 1 : Elle est bien mentionnée sous le nom de Valentine Duval sur le registre de recensement de Bagnolet et sera destinataire de la carte de Déporté d’Henri Duval sous le nom de veuve Duval. Mais le nom de son mari est Auguste, Georges, porté sur son acte de décès. Elle est décédée le 27 avril 1970 à Paris 19ème.
  • Note 2 : La caserne des Tourelles, « Centre de séjour surveillé » : Ouvert d’abord aux Républicains espagnols, entassés par familles entières, aux combattants des Brigades internationales, interdits dans leurs propres pays. Les rejoignent de nombreux réfugiés d’Europe centrale fuyant la terreur nazie, des indésirables en tous genres, y compris, bien sûr, les « indésirables » français : communistes, gaullistes et autres patriotes (on ratissait large), juifs saisis dans les rafles, «droit commun» aux causes bien datées (marché noir) ». France Hamelin in Le Patriote Résistant N° 839 février 2010. Ce Centre de séjour surveillé fonctionne dans l’ancienne caserne d’infanterie coloniale du boulevard Mortier à Paris. En 1942, deux bâtiments seulement étaient utilisés, un pour les hommes et un pour les femmes. Ils étaient entourés de fil de fer barbelé. Chaque bâtiment disposait de 3 WC à chasse d’eau, largement insuffisants. Des latrines à tinette mobile étaient en outre disposées dans l’étroit espace réservé à la promenade. La nuit, une tinette était placée dans chaque dortoir. C’est peu dire les conditions épouvantables imposées à des internés dont le nombre variera de 400 à 600 personnes. A cela s’ajoutait une sous-alimentation chronique entraînant bon nombre de maladies : entérites gastro-intestinales, affections cardiaques, tuberculose… © In site Internet Association Philatélique de Rouen et Agglomération.

Sources

  • Listes – incomplètes – du convoi établies par la FNDIRP après la guerre (archives de la F.N.D.I.R.P).
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres – incomplets – de l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Bureau de la Division des archives des victimes des conflits contemporains (DAVCC), Ministère de la Défense, Caen (fiche individuelle consultée en décembre 1992).
  • © Site www.mortsdanslescamps.com

Notice biographique rédigée en novembre 2007 (complétée en 2014,  2019, 2020 et 2022) par Claudine Cardon-Hamet (docteur en Histoire, auteur des ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé) et de Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Autrement, Paris 2005) .  Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce site) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette notice biographique. Pour la compléter ou la corriger cette notice biographique, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.