André Doucet : né en 1903 à Hirson (Aisne) ; domicilié à Nanterre (Seine) ; mouleur ; communiste ; conseiller municipal, délégué sénatorial ; arrêté le 14 septembre 1940 ; interné aux camps d’Aincourt et de Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il meurt le 30 août 1942.

André, Henri, Léon Doucet est né le 10 mars 1903 à Hirson (Aisne). Il  habite au 67, rue Lannes à Nanterre (ancien département de la Seine / Hauts-de-Seine)) au moment de son arrestation. Il est le fils de Léa, Eugénie Lourmier, 20 ans, ménagère et de Raoul, Henri Doucet, 25 ans, polisseur d’étain, son époux.
André Doucet est titulaire du certificat d’études primaires. Il est métallurgiste (mouleur). Il s’inscrit sur les listes électorales de Nanterre en 1924. Il est domicilié rue des Fessières avec sa mère.
Conscrit de la classe 1923, il est réformé.

 

Le 31 janvier 1925 à Nanterre il épouse Yvonne, Marie Manteau, née également à Hirson, le 9 mars 1904. Couturière, elle est domiciliée chez ses parents au 12, rue d’Argenteuil à Nanterre. Le couple a un fils, Raoul, qui naît le 8 janvier 1928 à Nanterre (il est décédé le 17 février 1977).
« Doucet travaillait comme mouleur chez « Manteau fils, aluminium, Nanterre ». Il se maria en janvier 1925 avec Yvonne Manteau, native également d’Hirson. On ignore s’il y a un lien de famille entre l’employeur et l’épouse » (Claude Pennetier, Le Maitron). On peut seulement ajouter comme précision que le père d’Yvonne Manteau exerce la profession de mouleur au moment du mariage de sa fille (acte de mariage Nanterre p. 11/139).

5 mai 1935, liste du Parti communiste

Sympathisant communiste et syndiqué à la CGT, il est présenté par le Parti communiste aux premier tour des élections municipales, le 5 mai 1935 sur la liste dirigée par Pierre Brandy et Raymond Barbet à Nanterre.
« Le scrutin de ballottage se déroule le 12 mai 1935. Deux listes principales restent en présence. Une liste d’Unité d’action antifasciste qui réunit treize communistes, sept sympathisants et dix socialistes.
La liste du maire sortant, rejointe par quelques socialistes, et dont la seule profession de foi est de «faire barrage aux bolchéviques». Le choix des électeurs se porte à 51 %
sur la liste d’unité antifasciste. 

12 mai 1935, liste d’union antifasciste

La liste du maire sortant obtient 47,46 % des voix, reçues essentiellement dans les trois bureaux de vote du quartier du centre » (Les élections municipales à Nanterre en 1935. Robert Cornaille, Société d’Histoire de Nanterre, p 47).

André Doucet est élu au deuxième tour le 12 mai 1935 avec 4140 voix. Au conseil municipal, il s’intéresse à la jeunesse, en particulier aux œuvres des colonies de vacances de la ville.
« André Doucet était sympathisant communiste en 1935, son adhésion est donc postérieure aux élections municipales de mai 1935 » (Claude Pennetier, Le Maitron).
« Il fut délégué sénatorial en 1935 et 1938 » (c’est à dire qu’il est désigné par le conseil municipal pour être un des grands électeurs votant aux élections sénatoriales).

Le « Populaire » du 17 février 1940 in BNF Gallica

André Doucet est – comme 23 autres élus communistes ou apparentés de Nanterre – déchu de son mandat le 29 février 1940 pour appartenance au Parti communiste, interdit en septembre 1939.

Société d’Histoire de Nanterre

Le vendredi 14 juin 1940, les troupes de la Wehrmacht entrent dans Paris, vidée des deux tiers de sa population. La ville cesse d’être la capitale du pays et devient le siège du commandement militaire allemand en France. Un premier  détachement  allemand  occupe  la mairie de Nanterre et l’état-major  s’y  installe. La nuit du  14 au 15 juin, de nombreuses troupes allemandes arrivent à Nanterre et sans s’adresser à la municipalité, occupent maisons et villas de plusieurs quartiers. En ce début de l’été 1940,  l’effectif  des  troupes  d’occupation à Nanterre s’élève par moments à 3500 hommes et près de deux cents officiers. Le 22 juin, l’armistice est signé. Le 10 juillet 1940 le maréchal Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français » et lance la « révolution nationale » en rupture avec nombre de principes républicains (confusion des pouvoirs législatifs et exécutifs ; rejet du multipartisme, suppression des syndicats et du droit de grève, antisémitisme d’état…).

André Doucet est arrêté à Nanterre le 14 septembre 1940 par la police française, car il milite toujours au Parti communiste devenu clandestin. Il est incarcéré à la prison de la Santé, puis le 15 octobre 1940, placé comme interné administratif (sans jugement, par simple arrêté du Préfet de police Roger Langeron), au camp de «Séjour surveillé» d’Aincourt, près de Mantes dans le département de la Seine-et-Oise (aujourd’hui Yvelines) ouvert spécialement, en octobre 1940, pour y enfermer les communistes arrêtés dans la région parisienne par le gouvernement de Vichy. Lire dans
le site Le camp d’Aincourt.

Le camp d’Aincourt in blog Roger Colombier

Lors de la « révision trimestrielle » de son dossier (elles ont lieu en février 1941, le mardi 25 février pour André Doucet), le commissaire Andrey directeur du camp émet un avis négatif sur une éventuelle libération « suit les directives du Parti communiste » écrit-t-il : les internés administratifs à Aincourt en 1940 n’ont en effet pas été condamnés : la « révision trimestrielle de leurs dossiers » est censée pouvoir les remettre en liberté, s’ils se sont amendés… Andrey, dont l’anticommunisme est connu, a émis très peu d’avis favorables, même s’il reconnaît la plupart du temps « l’attitude correcte » de l’interné ce qui est le cas pour André Doucet qui « n’a jamais été puni ».
André Doucet est choisi par l’administration militaire allemande comme otage en représailles des actions armées menées par des résistants communistes contre des officiers et des soldats de l’armée d’occupation.
Le 11 février 1942, il fait partie d’un groupe de 21 internés qui sont transférés d’Aincourt à Compiègne (la liste est datée du 11 février 1942). Treize d’entre eux seront déportés à Auschwitz : Alban Charles (45160), Aloyse Arblade (45176), Balayn René (45193), Batôt Elie (45205), Bonnel Charles (45273), Chaussinand Alexis (45363), Conord Léon (45371), Deshaies Auguste (45464), Doucet André, Guillou Alexandre (45645), Leroy Louis (45780), Lochin Léon (45800), Marivet Roger, René Petijean.
Il est remis aux autorités allemandes qui les conduisent dans le camp de détention (allemande) de Compiègne, le 11 février 1942, le Frontstalag 122.Il est affecté à la chambre N°3, bâtiment A1.
On reconnaît sa signature sur un menu de repas solidaire, dit le « Menu de Gabriel Torralba » (1), une des initiatives du comité des loisirs du camp de Compiègne, couverture de l’organisation de résistance et de solidarité. 

Depuis ce camp administré par la Wehrmacht, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».

Depuis le camp de Compiègne André Doucet est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942.

Cf Article du site : Les wagons de la Déportation. 

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau.

Son numéro d’immatriculation à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 est inconnu. Le numéro « 45480 ? » figurant dans mes deux premiers ouvrages sur le convoi du 6 juillet 1942 correspondait à une tentative de reconstitution de la liste du convoi par matricules. Ce numéro, quoique plausible, ne saurait être considéré comme sûr en raison de l’existence de quatre listes alphabétiques successives, de la persistance de lacunes pour plus d’une dizaine de noms et d’incertitudes sur plusieurs centaines de numéros matricules. Il ne figure plus dans mon ouvrage «Triangles rouges à Auschwitz».

Lire dans le site le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale ».  Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau, situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.

André Doucet meurt peu de temps après son arrivée, comme la plupart de ses camarades, le 30 août 1942 d’après le certificat de décès établi au
camp d’Auschwitz et destiné à l’état civil de la municipalité d’Auschwitz (in Death Books from Auschwitz Tome 2 page 235).

Le titre de «Déporté politique» lui a été attribué, il a été déclaré « Mort pour la France« .

Plaque de rue Nanterre

L’ancienne rue d’Argenteuil, à Nanterre, porte son nom depuis la décision du Conseil municipal datée 26 février 1948.

Le Collège André Doucet à Nanterre. © Pierre Cardon

Le collège, construit par la suite le long de cette voie, s’appelle également André Doucet. Triste ironie du sort, c’est dans ce collège qu’exerçait Christian Bouthier, conseiller municipal communiste, professeur d’histoire et ami de mon mari, l’un des 8 conseillers municipaux assassinés par un forcené le 27 mars 2002 à Nanterre.

Une cité de Nanterre (276 logements construits en 1966), la cité Vladimir Komarov-André Doucet,  honore son nom et celui du premier cosmonaute Russe mort en mission.

Le 10 novembre 2009, les élèves et professeurs du collège André Doucet ont célébré l’anniversaire de la manifestation du 11 novembre 1940 sur les Champs Elysées. A cette occasion a été inaugurée une plaque en hommage à André Doucet.

Le cousin germain d’André Doucet a été également déporté. André, Kléber Doucet est né comme lui à Hirson en 1903. Il a été déporté par un convoi dit « NN », composé de 18 hommes le 12 février 1943. Il est d’abord incarcéré à la prison de Wittlich, puis à la prison de Cologne, puis au camp de concentration de Sachsenhausen, puis à celui de Ravensbrück, d’où il est libéré par l’Armée rouge le 30 avril 1945.

  • Note 1 : Le «menu» de Gabriel Torralba et les signatures de «45000» : André Doucet participe aux actions collectives organisées par la Résistance du camp pour maintenir le moral des internés et venir en aide aux plus démunis : en exemple, le menu d’un « repas fraternel » organisé le 5 mai 1942, et qui porte 34 signatures, parmi lesquelles on peut identifier celle de plusieurs « 45000 », Gabriel Torralba, Eugène Clément (45374, de Paris), Armand Nicolazzo (45924, d’Argenteuil), Louis Guidou (45637, d’Ivry), Félix Néel (46252, de Romainville), André Doucet (45480, de Nanterre), Auguste Monjauvis (45887, de Paris), Jean Berthoud (45230 de Paris XXème), Louis Gouffé (45620 de Romainville), René Beaulieu (45213, de Rosny), et celles de ses camarades bordelais, Eustache (45522 de Pessac) et Beudou (45243 de Talence), et d’André Tollet qui s’évadera par le tunnel, quelques jours après.

Sources

  • Témoignage d’Auguste Monjauvis, rescapé du convoi.
  • Notice biographique (M. Michel Briolais, archives de Nanterre) mai 1991.
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier dirigé par Jean Maitron, tome 25, page 292 et notice informatique par Jean Pennetier – 2017.
  • Avis de décès ACVG (avril 1992).
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres – incomplets – de l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Bureau de la Division (ou Pôle) des archives des victimes des conflits contemporains (DAVCC), Ministère de la Défense, Caen.
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Le Maitron, Claude Pennetier (dir), éditions de l’Atelier, CD-Rom.
  • Livre Mémorial. Base de donnée de la Fondation pour la Mémoire de la déportation. 
  • Remerciement à M. René Liénart pour ses recherches généalogiques sur les Doucet d’Hirson, cousins germains.
  • Société d’Histoire de Nanterre : « Nanterre 1939-1945 » article de Marianne Pastor-Andréucci. Soldats allemands à Nanterre, photo page 6.
  • Société d’Histoire de Nanterre : « Elus et militants à l’époque du Front populaire », par Claude Pennetier, bulletin n° 18, septembre 1996. Bulletins de vote des élections de 1935.

Notice biographique rédigée en novembre 2005 (complétée en 2016,  2019 et 2022) par Claudine Cardon-Hamet (docteur en Histoire, auteur des ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé) et de Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Autrement, Paris 2005) à l’occasion de l’exposition organisée par l’association « Mémoire vive » et la municipalité de Nanterre.  Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce site) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette notice biographique. Pour la compléter ou la corriger cette notice biographique, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.