Maurice Billard : né en 1900 à Paris XXème ;  domicilié au Trait (Seine-Inférieure / Seine-Maritime ; ouvrier métallurgiste, peintre ; adhérent aux jeunesses communistes et à la CGT ; arrêté le 25 novembre 1940 ;  écroué à Rouen ; interné au camp de Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il meurt le 15 septembre 1942.

Maurice Billard est né le 29 juillet 1900 au 226, rue des Pyrénées à Paris XXè. Il habite au 20, cité des Roses au Trait (Seine-Inférieure / Seine-Maritime) au moment de son arrestation.
Il est le fils de Pauline Comte, 30 ans, ménagère, et de Jean Marc Billard, 30 ans, graveur, son époux.
Ses parents habitent au 
226 rue des Pyrénées à Paris XXè.
Son registre militaire (matricule n° 76 du 3ème bureau de la Seine) nous apprend qu’il a les cheveux châtains, les yeux gris verts, le front moyen et le nez fort, le visage ovale. Il travaille comme découpeur et
habite 45, rue Daubanton à Paris 5ème.
Conscrit de la classe 1920, il s’engage volontairement pour la durée de la guerre le 13 novembre 1917 à Paris 5ème pour le 3ème Régiment de Zouaves. Il arrive au corps, à Constantine (Algérie), dans la caserne de la Casbah, le 26 novembre.
Le 27 avril 1918, il « passe » au 3ème Zouaves dépôt intérieur à Pathonnay. Manquant aux appels le 20 avril 1918, il est déclaré déserteur le 2 mai 1918. Il est condamné par le conseil de guerre de Lyon à 6
mois de prison avec sursis pour désertion à l’intérieur le 17 août (peine amnistiée par la loi du 24 octobre 1919). Il passe au 9ème Régiment de Zouaves le 23 août 1918. Il mis en congé illimité de démobilisation le 21 mai 1919, jusqu’à l’appel de sa classe (la 1920 : il lui reste encore 11 mois à effectuer pour satisfaire à ses obligations militaires).
En 1920, il est découpeur, domicilié au 45, rue Daubenton, où sa mère, veuve, est concierge.
Il épouse Marie Eugénie Basset le 13 mars 1920, à Paris 13ème. Elle a 19 ans, cartonnière, née le 13 mars 1901 à Paris 12ème. Elle est domiciliée au 119 rue Broca. Le couple habite au 121, rue Gros en juin 1920, à Paris 13ème.  Maurice Billard est rappelé au service militaire à sa demande le 10 octobre 1920 et affecté au 4ème Zouaves. Il est renvoyé dans ses foyers le 4 mai 1921.
Le couple déménage au Lotissement du Vert Galant, Route de Picardie par Vaujours (Seine-et-Oise / Seine-Saint-Denis).  Le couple se sépare (jugement de divorce du tribunal civil du 14 février 1924).
Il est condamné à trois reprises : à 2 mois de prison, puis un an pour vol et escroquerie en 1924 et 1925,  et à 25 F d’amende pour coups et blessures en 1931.
En janvier 1930, Maurice Billard habite à Saint-Rémy les Chevreuse (Seine-et-Oise / Yvelines). En juin à Saint-Clément (Yonne), voie de la République, Sens (Yonne). Un mois après, il est domicilié chez M. Courteaux, à Voisines (Yonne).
En décembre 1931, il a déménagé dans l’Aube, au hameau de Cerey à Gumery, près de Noyen-sur-Seine. En mai 1932, il habite à Fontaines-Fourches en Seine-et-Marne.
Il se remarie le 14 juin 1934 avec Madeleine Jeanne Hallier à Marly-le-Roy (Seine-et-Oise / Yvelines). Elle est née le 11 janvier 1908 à Saint-Germain-en-Laye. Son épouse a deux enfants issus d’un premier mariage, Jean-Louis et André, nés Amyot, jumeaux âgés de neuf ans. Le couple Billard aura quatre enfants :  Claude, Claudine,  Paul, et Lucy.
En mai 1935, il part en Normandie et habite chez Mazurier au 182, route Joigne ( ?) près de Duclair (Seine-Inférieure / Seine Maritime).
Puis la famille déménage Cité Duguay Trouin au Trait (Seine-Inférieure / Seine Maritime).
Le 15 juillet 1937 Maurice Billard est condamné à 2 mois de prison pour avoir été à l’initiative d’une manifestation, un soir de mars : il est à la tête d’une centaine d’habitants du Trait qui envahissent le jardin du couple Harel qui avec des amis chantaient des chants adventistes (in Journal du Trait).
Il travaille comme ouvrier métallurgiste au Trait au moment de son arrestation (selon Louis Eudier) mais il est indiqué comme peintre par les services municipaux du Trait.
Le 1er juin 1939, père de famille de 4 enfants vivants, et considéré classe 1918 en raison de son engagement volontaire, il est replacé dans la classe de mobilisation « 1910 » en vertu de la Loi du 31 mars 1928 (2 ans de moins par enfant). Il ne sera pas mobilisé à la déclaration de
guerre.

Les troupes allemandes entrent dans Rouen le dimanche 9 juin 1940. Après la capitulation et l’armistice du 22 juin, La Feldkommandantur 517 est installée à l’hôtel de ville de Rouen et des Kreiskommandanturen à Dieppe, Forges-les-Eaux, Le Havre et Rouen. Le 10 juillet 1940 le maréchal Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, abolit la République et s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français ». Il lance la « révolution nationale » en rupture avec nombre de principes républicains (confusion des pouvoirs législatifs et exécutifs ; rejet du multipartisme, suppression des syndicats et du droit de grève, antisémitisme d’état…).
A partir de l’année 1941, les distributions de tracts et opérations de sabotage par la Résistance se multipliant, la répression s’intensifie à l’encontre des communistes et syndicalistes. Dès le 22 juillet 1941, le nouveau préfet régional, René Bouffet, réclame aux services de police spéciale de Rouen une liste de militants communistes. Une liste de 159 noms lui est communiquée le 4 août 1941 avec la mention : « tous anciens dirigeants ou militants convaincus ayant fait une propagande active et soupçonnés de poursuivre leur activité clandestinement et par tous les moyens ». Ces listes, comportent la plupart du temps – outre l’état civil, l’adresse et le métier – d’éventuelles arrestations et condamnations antérieures. Elles seront communiquées à la Feldkommandantur 517, qui les utilisera au fur et à mesure des arrestations décidées pour la répression des actions de Résistance.

En octobre 1940, sous la direction de Georges Déziré, les anciens militants du Trait tentent de reconstituer une cellule locale du Parti communiste clandestin. La première réunion a lieu dans la cave de Maurice Billard et la deuxième chez René Demerseman. Au cours de cette réunion une liste de sympathisants à contacter est faite. Mais la brigade de police mobile de Rouen arrête le nouveau secrétaire de cellule.
Selon René Demerseman, rescapé des camps, « un copain arrêté le 21 octobre a parlé« .
Le 29 octobre, un mandat d’amener est décerné à l’encontre de Maurice Billard par le Parquet de Rouen. Le 11 novembre, une perquisition est opérée à son domicile par la 3ème brigade de la police judiciaire de Rouen, et amène la saisie de « diverses brochures et tracts relatifs à la propagande en faveur du Parti communiste ».
Maurice Billard est arrêté le 25 novembre 1940, dans la Vallée de Chevreuse (Seine-et-Oise), où il est en déplacement, par la 1ère brigade de police judiciaire de Paris. Son arrestation survient 6 jours après celle de René Demerseman. Maurice Billard est écroué à Rouen et jugé.
Le 15 février 1941, la section spéciale de la Cour d’appel de Rouen condamne 14 militants à plusieurs mois de prison pour « reconstitution de ligue dissoute » (par défaut pour quatre d’entre eux ayant échappé aux arrestations, dont Georges Déziré). Maurice Billard est condamné à 18 mois d’emprisonnement et 100 francs d’amende, comme René Demerseman. Comme lui, il est écroué à la Maison d’arrêt “Bonne-Nouvelle” de Rouen.
A la demande des autorités allemandes, Maurice Billard est transféré par la suite au camp allemand de Royallieu à Compiègne (le Frontstalag 122).
Lire dans ce site : La solidarité au camp allemand de Compiègne et Le « Comité » du camp des politiques à Compiègne .
Depuis ce camp administré par la Wehrmacht, il va être déporté à destination d’Auschwitz.
Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages». Le 6 juillet, à six heures du matin, il est conduit sous escorte allemande à la gare de Compiègne avec ses camarades, puis entassé dans un des wagons de marchandises qui forment son convoi. Le train s’ébranle à 9 heures trente.

Depuis le camp de Compiègne, Maurice Billard est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942. 

Cf Article du site : Les wagons de la Déportation. 

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau.

Son numéro d’immatriculation à Auschwitz n’est pas connu. Le numéro « 45.249 ? » figurant dans inscrit dans mes deux premiers ouvrages sur le convoi du 6 juillet 1942 (éditions de 1997 et 2000) avec un point d’interrogation, quoique plausible, ne saurait être considéré comme sûr en raison de l’existence de quatre listes alphabétiques successives, de la persistance de lacunes pour plus d’une dizaine de noms et d’incertitudes sur plusieurs centaines de numéros matricules. Il ne figure plus dans mon dernier livre Triangles rouges à Auschwitz. Toutefois, si un membre de sa famille reconnaissait le visage du déporté reproduit en tête de cette notice, ce numéro pourrait alors être validé.

Les barbelés d’Auschwitz I © Claudine Cardon- Hamet

Lire dans le site le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale ».  Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau (Brzezinka), situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.

Maurice Billard meurt à Auschwitz le 15 septembre 1942 d’après le certificat de décès établi au camp d’Auschwitz et destiné à l’état civil de la municipalité d’Auschwitz (in Death Books from Auschwitz Tome 2 page 91). Selon le témoignage d’un rescapé il serait est décédé accidentellement à Auschwitz, en tombant, «en fin d’année» (acte de décès du 14 avril 1947). L’acte du 5 octobre 1993 a modifié celle-ci en «15 septembre 1942».
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de la commune, près de l’Eglise, avec son deuxième prénom, Charles.

Sources

  • © Archives départementales en ligne de Paris
  • Liste de déportés de Seine-Maritime établies à son retour de déportation par Louis Eudierin «Notre combat de classe et de patriotes, 1934-1945» (annexes).
  • Liste de militants de la CGT fusillés ou déportés pour leur action dans la Résistance établie par la CGT de Seine Maritime.
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres – incomplets – de l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Fichier national du Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC), Ministère de la Défense, Caen. Fiche individuelle consultée en octobre 1993.
  • © Site Internet «Mémorial-GenWeb».
  • Mel de M. Paul Bomartel (Le Trait). Décembre 2012

Notice biographique rédigée par Claudine Cardon-Hamet en 2000 pour l’exposition de Rouen de l’association « Mémoire Vive » consacrée aux déportés “45000” et “31000” de Seine-Maritime, complétée en 2006, 2012, 2017, 2018 et 2022. Docteur en Histoire, auteur des ouvrages : « Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 », Editions Autrement, 2005 Paris et de «Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000. Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce site) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette notice. Pour la compléter ou corriger, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.