Jean MAURICE, photo dossier du Komintern in Maitron

Matricule « 46.251 » à Auschwitz

Jean Maurice : né en 1898 à Plouezoc’h (Finistère) ; domicilié à Rouen (Seine-Inférieure / Seine-Maritime) ; marin, douanier, cafetier ; communiste, trésorier syndicat CGT des Douanes de Seine Maritime ; arrêté comme otage le  21 octobre 1941 ;  écroué à Rouen ; interné au camp de Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il meurt le 22 février 1943.

Jean Maurice est né le 8 septembre 1898 à Plouezoc’h (Finistère). Il habite au 15, bis place Carnot à Rouen (Seine-Inférieure / Seine-Maritime) au moment de son arrestation.
Il est le fils d’Anne, Marie Feat, 26 ans, couturière et de Joachin Maurice, 31 ans, matelot des douanes. Ses parents habitent au hameau du Dourduff-en-Mer (à la confluence du Dossen et du Dourduff).
Il a deux sœurs, Lydie, née en 1901, et Gabrielle, née en 1904.
Il va à l’école primaire jusqu’à l’âge de 12 ans et obtient son CEP.
Le registre matricule militaire (créé en 1920) de Jean Maurice indique qu’il est domicilié à Plouezoc’hau moment de la rédaction de la fiche.
Il est indiqué marin comme profession (il est inscrit maritime au registre de Morlaix le 23 novembre 1916, n° 8997). Il mesure 1m 62, a les cheveux châtain, les yeux gris-bleutés, le nez légèrement busqué et le visage allongé.
Conscrit de la classe 1918, il est « levé » comme inscrit maritime le 24 septembre 1917 en vertu de l’article 5 de la loi du 24 décembre 1896 (1). Il est classé matelot de 3ème classe sans spécialité le jour même. Il est classé matelot de 2ème classe timonier breveté le 25 avril 1918, puis matelot de 1ère classe timonier le 1er juillet 1920. Il est « renvoyé dans ses foyers » le 24 septembre 1920 comme inscrit maritime réunissant 36 mois à l’Etat. Il se retire à Le Dourduff-en-mer par Plouezoc’h, à 5 kilomètres de Morlaix.
Le 27 juin 1921, Jean Maurice est rayé de l’inscription maritime de Morlaix ayant été nommé matelot des Douanes à Ouistreham (Calvados). De ce fait il sera « Affecté spécial » des douanes de Rouen au titre de la réserve militaire.
Il se marie dans son village natal : Jean Maurice épouse Marie Rolland le 29 septembre 1922. Elle y est née le 29 septembre 1901. Le couple aura deux enfants : Jean, né le 25 octobre 1927, et Lydie, née le 31 mai 1934.
Jean Maurice, employé des Douanes, est membre du syndicat CGTU des « Douanes actives » de Rouen.

Fiche du Komintern (Le Maitron)

Jean Maurice adhère au Parti communiste en 1924 (il est alors membre de la cellule
des « Douanes actives » selon le Maitron) : «Il fut mis en disponibilité au mois de février 1928. Il acheta alors un café place Carnot à Rouen, tout en continuant d’exercer une intense activité syndicale. Il adhéra au Comité des «22» pour l’indépendance du syndicalisme dès novembre 1930, mais l’année suivante, rejoignit les rangs de la majorité unitaire qui combattait cette initiative».

En octobre 1928, le couple habite Rouen. Jean Maurice est « réformé définitif n°2 » par la commission de réforme de Clermont-Ferrand.
Jean Maurice subit une sanction disciplinaire dans le cadre des Douanes en 1931 : une mise à pied, pour son action syndicale. «Il cessa de militer au Parti communiste entre 1931 et 1937 pour raison de santé, dit-il, car il souffrait d’une infection pulmonaire. En 1936, l’Union départementale CGT le chargea de réorganiser, avec Jean Jolly, le syndicat de la Marine fluviale dont il fut élu trésorier l’année suivante ; à partir de 1938, il cumula cette fonction avec celle de secrétaire adjoint de l’Union locale de Rouen. Il milita au comité de défense du petit commerce et de l’artisanat» (Maitron).

Après sa mise à pied il est désormais cafetier. Féru de cyclisme, c’est à son Café-bar de la place Carnot que se prennent les licences de la section cyclisme du GSP, Groupe Sportif du Port de Rouen, tradition qui perdurera après guerre : en 1948, l’Avenir Normand indique que « les licences 1948 du GSP, sont à prendre au café-bar Jean Maurice« .

Dans son autobiographie de 1938 pour la commission des cadres du Parti communiste « il se rappelait qu’à l’époque du groupe Barbé-Celor il avait « suivi la ligne quoique à ce moment nous étions à Rouen entouré d’éléments de ce groupe à la tête de la région (André TrouillardOdette Brière). Il se réclamait de Jean Pasqualini et de Charles Delval (Le Maitron, Claude Pennetier).

La fiche d’otage de Jean Maurice

Jean Maurice est un militant actif du Parti communiste clandestin jusqu’à son arrestation : son café sert de lieu de réunion pour les communistes, indique sa fiche d’otage : Mitglied der KPF seit 1937. Bis zu seiner Festnahme fanden in seinen Kafee Kommunistische Versammlungen statt. War Schatzmeister im Syndicat. Traduction : Membre du Parti communiste français depuis 1937. Jusqu’à son arrestation les réunions communistes avaient lieu dans son café. Il était trésorier du syndicat. Les Allemands tiennent cette information de la police française.
En décembre 1939, la famille Maurice demeure au 15, bis place Carnot à Rouen.

Le 3 février 1940, le Préfet de Seine inférieure ordonne une perquisition à son domicile : celle-ci a lieu le 5 février 1940. « Au cours de cette perquisition, divers documents, notamment des lettres et des circulaires, ont été saisis et placés sous trois scellés, déposés ce jour au Greffe du Tribunal de grande instance de Rouen ». « D’autre part, le nommé Maurice ayant été trouvé en possession à son domicile d’un pistolet automatique non déclaré, a fait l’objet  d’un procès verbal pour infraction au décret du 23 octobre 1935. Ce PV a été transmis à monsieur le procureur de la République » (courrier du commissaire de police du 1er arrondissement au commissaire central, transmis au Préfet). On ignore les suites judiciaires qui ont été données par le procureur de Rouen. Condamnation ou relaxe, il est en tout état de cause fiché par les services de la
préfecture.

Dans la notice individuelle de la Sûreté que m’a transmise M. Jean-Paul Nicolas, on trouve à la rubrique « Renseignements sur la moralité et la réputation » la mention suivante : « ex secrétaire de l’Union locale des syndicats et ex trésorier du syndicat de la marine fluviale.
Militant depuis de nombreuses années du parti communiste, il était considéré dans les syndicats comme « l’œil de Moscou », chargé de veiller à l’application des mots d’ordre du parti ».

Les troupes allemandes entrent dans Rouen le dimanche 9 juin 1940. Après la capitulation et l’armistice du 22 juin, La Feldkommandantur 517 est installée à l’hôtel de ville de Rouen et des Kreiskommandanturen à Dieppe, Forges-les-Eaux, Le Havre et Rouen. Le 10 juillet 1940 le maréchal Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, abolit la République et s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français ». Il lance la « révolution nationale » en rupture avec nombre de principes républicains (confusion des pouvoirs législatifs et exécutifs ; rejet du multipartisme, suppression des syndicats et du droit de grève, antisémitisme d’état…). Dès le 31 août 1940 les Allemands arrêtent des otages au Trait et à Duclair à la suite de sabotages de lignes téléphoniques. A partir de janvier 1941, les distributions de tracts et opérations de sabotage par la Résistance se multipliant, la répression s’intensifie à l’encontre des communistes et syndicalistes.
Dès le 22 juillet 1941, le nouveau préfet régional, René Bouffet, réclame aux services de police spéciale de Rouen une liste de militants communistes. Une liste de 159 noms lui est communiquée le 4 août 1941 avec la mention : « tous anciens dirigeants ou militants convaincus ayant fait une propagande active et soupçonnés de poursuivre leur activité clandestinement et par tous les moyens ». Ces listes, comportent la plupart du temps – outre l’état civil, l’adresse et le métier – d’éventuelles arrestations et condamnations antérieures. Elles seront communiquées à la Feldkommandantur 517, qui les utilisera au fur et à mesure des arrestations décidées pour la répression des actions de Résistance.

Après la création du «Front national de lutte pour l’indépendance de la France», le 15 mai 1941, il appartient au détachement « Jeanne d’Arc » selon sa fiche matricule militaire (qui confond cet engagement avec les FTPF, créés l’année suivante en avril 1942).

C’est à partir du fichage de la Police française que Jean Maurice est arrêté le 21 octobre 1941. Son arrestation est ordonnée par les autorités allemandes en représailles au sabotage (le 19 octobre) de la voie ferrée entre Rouen et Le Havre (tunnel de Pavilly).
Lire dans le site Le « brûlot » de Rouen. Une centaine de militants communistes ou présumés tels de Seine-Inférieure sont ainsi raflés entre le 21 et 23 octobre. Ecroués pour la plupart à la caserne Hatry de Rouen, tous les hommes appréhendés sont remis aux autorités allemandes à leur demande, qui les transfèrent au camp allemand de Royallieu à Compiègne (le Frontstalag 122) entre le 25 et le 30 octobre 1941. La moitié d’entre eux seront déportés à Auschwitz.
Jean Maurice est interné à Compiègne le 28 octobre 1941(2). A Compiègne, Jean Maurice est affecté au bâtiment A2, chambre 8. Il est chef de chambrée. Plusieurs internés de cette chambrée seront déportés à Auschwitz avec lui.

Menu de Noël 1941 où figure sa signature : chef de chambre

Sur le « menu » de Noël 1941 d’Albert Vallet, repas fraternel organisé avec les pauvres colis reçus, on reconnait les noms ou signatures d’Emile Billoquet, Jean Binard, Emile Bouchacourt, Albert Champin, Marcel
Le Dret, Maurice Voranget, tous déportés dans le convoi du 6 juillet 1942. Ursin Scheid est fusillé le 10 mai 1942 à Compiègne.

Il est un otage pouvant être fusillé

Le 29 octobre 1941, la Feldkommandantur 517 envoie au commandement militaire de la région A (St Germain-en-Laye) une proposition de liste d’otages de 26 noms pouvant être fusillés où sont séparés les communistes et gaullistes.
Le nom de Jean Maurice y figure avec le n° 19.
Onze d’entre eux seront déportés à Auschwitz (montage à partir de la liste – CDJC XLII 66).

Depuis ce camp administré par la Wehrmacht, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».
Lire également dans ce site :

La solidarité au camp allemand de Compiègne et Le « Comité » du camp des politiques à Compiègne .
Le 6 juillet 1942, à six heures du matin, il est conduit sous escorte allemande à la gare de Compiègne avec ses camarades, puis entassé dans un des wagons de marchandises qui forment son convoi. Le train s’ébranle à 9 heures trente.

Depuis le camp de Compiègne, Jean Maurice est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942. 

Cf Article du site : Les wagons de la Déportation. 

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau.

Il est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro «46251» selon la liste par matricules du convoi établie en 1974 par les historiens polonais du Musée d’Etat d’Auschwitz.

Entrée du camp principal à Auschwitz

Sa photo d’immatriculation à Auschwitz n’a pas été retrouvée parmi les 524 que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation d’Auschwitz.

Lire dans le site le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale ».  Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau (Brzezinka), situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.

Jean Maurice meurt à Auschwitz le 22 février 1943 d’après le certificat de décès établi au camp d’Auschwitz et destiné à l’état civil de la municipalité d’Auschwitz (in Death Books from Auschwitz Tome 2 page 791).

La mention «Mort en déportation» est apposée sur son acte de décès, arrêté du 25 janvier 1995 paru au Journal Officiel n°57 du 8 mars 1995. Cet arrêté porte toujours la date certes voisine, mais fictive du 15 février 1942 (elle signifie néanmoins que des rescapés ont témoigné de sa mort en février) : il serait souhaitable que le ministère prenne un nouvel arrêté prenant en compte la date de décès de l’état civil de la municipalité d’Auschwitz, accessible depuis 1995 (Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau).

Son nom est inscrit sur le monument aux morts, dans le cimetière de Plouezoc’h. En septembre 1948, sa veuve habitait au 1, rue François Arago à Rouen.
Il est homologué (GR 16 P 405678) au titre des Forces Française de l’Intérieur (FFI) comme appartenant à l’un des mouvements de Résistance

Mémorial PCF Rouen © Thierry Prunier / Mémorial Genweb

Son nom est également honoré sur le monument installé dans la cour de la fédération du PCF de Seine Maritime (33, place Général de Gaulle, Rouen) : avec ce poème de Paul Éluard (Enterrar y callar) qui accompagne les noms de 218 martyrs « Frères, nous tenons à vous. Nous voulons éterniser cette aurore qui partage votre tombe blanche et noire, l’ESPOIR et le Désespoir ». Mémorial du PCF à Rouen, Relevé Thierry Prunier.

L‘Avenir Normand du 6 octobre 1947

En 1947, lors du premier grand prix cycliste des débutants organisé par « l’Avenir Normand », quotidien communiste de Seine-Inférieure, c’est Lydie Maurice (la fille du regretté camarade Jean Maurice, décédé en déportation) qui récompense le vainqueur du traditionnel baiser…

En 1948,  la cellule du Parti communiste de l’Ile Lacroix porte son nom (L’Avenir Normand du 17 février 1948, à l’occasion de la remise des cartes du PCF).

  • Note 1 : Art. 5. La durée de l’assujettissement militaire des inscrits s’étend de l’âge de dix-huit ans à celui de cinquante ans. Toutefois leur appel avant l’âge de vingt ans ne peut avoir lieu qu’en temps de guerre et en vertu d’un décret. 
  • Note 2 : Il ne faut pas confondre Jean Maurice avec Auguste Jean, né le 01/06/1899 à Blainville, dirigeant du Syndicat des douanes à Rouen, condamné à 5 ans de prison par le tribunal de Rouen le 7 janvier 1942 et fusillé comme otage au Mont Valérien, le 25 avril 1942.

Sources

  • © Registres matricules militaires du Finistère.
  • Liste de déportés de Seine-Maritime établies à son retour de déportation par Louis Eudierin «Notre combat de classe et de patriotes, 1934-1945» (annexes).
  • Liste de militants de la CGT fusillés ou déportés pour leur action dans la Résistance établie par la CGT de Seine Maritime.
  • Liste d’otages du 29 octobre 1941 (Centre de Documentation Juive Contemporaine, XLII-66).
  • Fiche d’otage du 25 février 1942 (Centre de Documentation Juive Contemporaine, XLV 42 n° 199).
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres – incomplets – de l’état civil de la
    ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Fichier national de la Division des archives des victimes des conflits contemporains
    (DAVCC), Ministère de la Défense, Caen. Fiche individuelle consultée en octobre 1993.
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Le Maitron, Claude Pennetier (dir),
    éditions de l’Atelier, CD-Rom édition 1997. Tome 36, page 140. Notice du dictionnaire électronique 2018, Marcel Boivin et Claude Pennetier.
  • Liste (incomplète) par matricule du convoi du 6 juillet 1942 établie en 1974 par les historiens du Musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau (Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (Ministère de la Défense, Caen) indiquant généralement la date de décès au camp.
  • © Site Internet «Mémorial-GenWeb»
  • © Site Internet «Légifrance.gouv.fr»
  • © Envoi de documents (commissariat de Rouen et notice individuelle de la Sureté) par courriel du 25 décembre 2012. Remerciements à Jean-Paul Nicolas, syndicaliste, collaborateur du Maitron.
  • © Menu d’Albert Vallet : courriel de son arrière petit-fils, Didier Rivière (19/12/2012).

Notice biographique rédigée par Claudine Cardon-Hamet en 2000 pour l’exposition de Rouen de l’association « Mémoire Vive » consacrée aux déportés “45000” et “31000” de Seine-Maritime, complétée en 2006, 2012, 2017, 2018 et 2022. Docteur en Histoire, auteur des ouvrages : « Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 », Editions Autrement, 2005 Paris et de «Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000. Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce site) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette notice. Pour la compléter ou corriger, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.