Jean Favret : né à Montigny-lès-Cherlieu (Haute-Saône) en 1913 ; domicilié à Passavant-la-Rochère (Haute-Saône) ; tuilier ; communiste ; arrêté le 22 juin 1941 ; interné à Compiègne ; déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz où il meurt le 2 décembre 1942.

Georges, Jean Favret est né à Montigny-lès-Cherlieu (Haute-Saône) le 1er août 1913. Il habite à Passavant-la-Rochère (Haute-Saône) au moment de son arrestation.

Il est le fils de Marie Louise Morlot, 27 ans, sans profession, née à Montigny et de Florentin Favret (1868-1946), 31 ans, né à Montigny, terrassier, son époux. Les deux témoins, cultivateurs, sont Jean-Baptiste Favret (marié à Marie Angèle Aline Morlot) et Arthème Favret. 

Il a une sœur aînée, Alice Denise, née le 10 décembre 1910. Leur père, mobilisé au 42e RI est tué à l’ennemi en 1915. Jean Favret et sa sœur sont adoptés par la Nation (jugement du tribunal de Vesoul en date du 21 avril 1920).
Jean Favret est tuilier. Célibataire. Il est membre des Jeunesses  communistes.
Georges Cogniot qui est né dans le même village – en 1901 – l’a connu (ils sont arrêtés le même jour et internés ensemble à Compiègne). Georges Cogniot le qualifie de  « gavroche héroïque ».
Dans «l’Evasion » recueil de nouvelles ayant la Seconde Guerre Mondiale pour thème, Georges Cogniot lui dédie la nouvelle intitulée « Au Ballon d’Alsace » : « À la mémoire de mon ami Jean Favret, que ses camarades reconnaîtront ici ».

L’évasion, page 135, ed. 1947

Sous le nom de Masson, il fait son portrait «Sur un corps d’athlète resplendissait sa tignasse rouge, qui couronnait un visage mangé par des tâches de rousseur et troué de grands yeux bleus, limpides et doux. Dans le clair obscur Lambert fixait avec jalousie les mains de Masson, des mains agiles et puissantes qui s’étaient développées en faisant plus d’un métier, en maniant tour à tour les mancherons de la charrue et, dans les laiteries de la Saône, les meules de gruyère ; des mains solides, cuites et comme galvanisées au défournage, dans les tuileries des hautes vallées (…) L’école quittée tout de suite après le certificat, parce qu’il était le cadet de quatre orphelins de guerre (…). (1)

Le 14 juin 1940, les troupes de la Wehrmacht entrent dans Paris, vidée des deux tiers de sa population. La ville cesse d’être la capitale du pays et devient le siège du commandement militaire allemand en France. Dès la signature de l’armistice, le 22 juin 1940, le territoire de Belfort, la Haute-Saône, le Doubs, le nord du Jura sont situés en « zone occupée », mais également en « zone interdite » : le retour des réfugiés y est interdit et pour les nazis, ces départements sont destinés à devenir une zone de peuplement allemand (un retour à la « Lotharingie » – soit pour la France un territoire englobant la Franche-Comté, la Lorraine, l’Alsace et la partie du Nord située à l’est de l’Escaut). Le 10 juillet 1940 Pétain, investi des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale, s’octroie le lendemain le titre de « chef de l’Etat français ».
Jean Favret est arrêté le 22 juin 1941 par la police allemande assistée par la police française.

Cette arrestation s’inscrit dans le cadre d’une grande rafle concernant les milieux syndicaux et communistes. En effet, le 22 juin 1941, jour de l’attaque hitlérienne contre l’Union soviétique, sous le nom «d’Aktion Theoderich», les Allemands arrêtent plus de mille communistes et / ou syndicalistes dans la zone occupée, avec l’aide de la police française. 23 Haut-Saônois seront arrêtés.  A Vesoul, en moins de trois heures, la police municipale arrête Georges Cogniot (universitaire, dirigeant national communiste, évadé de Compiègne le 22 juin 1942), Jules Didier (évadé de Compiègne en 1943, il rejoint les maquis du Jura), l’horloger Koulikowski, d’origine russe, sympathisant communiste et Lucienne Weil, institutrice communiste.
Six autres Haut-Saônois sont arrêtés puis déportés à Auschwitz comme Albert Morel dans le convoi du 6 juillet 1942 : Gustave Baveux, Pierre Cordier, Henri Corne, Jean FavretZéphyrin Toillon, Gilbert Vorillon.

D’abord placés dans des lieux d’incarcération contrôlés par les Allemands (ici à Lure, puis à Vesoul – et peut-être Chaumont), les Haut-Saônois sont envoyés, à partir du 27 juin 1941, au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise), administré par la Wehrmacht (le Frontstalag 122) qui ce jour là devient un camp de détention des “ennemis actifs du Reich”.
A Compiègne, il reçoit le n° matricule « 648 ».

Liste des jeunes communistes déportables à l’Est

Jean Favret figure sur la liste de recensement des jeunes communistes du camp de Compiègne (nés entre 1912 et 1922), aptes à être déportés « à l’Est », (Kommunistischer Häftlinge des Interniertenlagers) en application de l’avis du 14 décembre 1941 du commandant militaire en France, Otto von Stülpnagel (archives du CDJC IV-198). 

Depuis ce camp administré par la Wehrmacht, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, on lira les deux articles du site qui exposent les raisons des internements, des fusillades et de la déportation : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».


Cf Article du site :
Les wagons de la Déportation. 

Depuis le camp de Compiègne, Jean Favret est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942.

Ce convoi est composé au départ de Compiègne, de 1175 hommes (1100 « otages communistes » – jeunes communistes, anciens responsables politiques et élus du Parti communiste, syndicalistes de la CGT et délégués du personnel d’avant-guerre, militants et syndicalistes clandestins, résistants – de cinquante  « otages juifs » et de quelques « droits communs »). Il faisait partie des mesures de terreur allemandes destinées à combattre, en France, les judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le site le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942. Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l’arrivée du train en gare d’Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d’Auschwitz (camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros « 45157 » et « 46326 », d’où le nom de « convoi des 45000 », sous lequel les déportés du camp désignaient ce convoi. Ce matricule – qu’il doit apprendre à dire en allemand et en polonais à toute demande des Kapos et des SS – sera désormais sa seule identité. Lire dans le site : Le KL Auschwitz-Birkenau.
On ignore de façon certaine son numéro d’immatriculation à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942. Le numéro « 45529 ? » figurant dans mes deux premiers ouvrages sur le convoi du 6 juillet 1942 (éditions de 1997 et 2000) correspondait à une tentative de reconstitution de la liste du convoi par matricules. Toutefois il pourrait être confirmé par la reconnaissance de la photo du jeune déporté portant ce numéro.
Nous pouvons néanmoins mentionner que la description que fait Georges Cogniot d’un garçon au visage mangé par les taches de rousseur – ce qui semble être le cas – et l’âge du déporté semblent correspondre.

Lire dans le site le récit de leur premier jour à Auschwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, « visite médicale ».  Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau, situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.

Jean Favret meurt à Auschwitz le 2 décembre 1942 d’après le registre d’état civil de la municipalité d’Auschwitz (in Death Books from Auschwitz, Tome 2 page 276).L’arrêté ministériel du 17 octobre 1969 relatif à l’apposition de la mention «Mort en déportation» sur les actes de décès (J.O. du 10 décembre 1989), porte la mention «décédé en décembre 1942 à Auschwitz (Pologne)».
La maman de Jean Favret a fait les démarches pour qu’il soit homologué « Déporté politique ». Son nom figure sur le monument aux morts de Montigny-lès-Cherlieu et de Passavant-la-Rochère (place Jeanne d’Arc), et sur le monument commémoratif départemental «La Résistance à ses 687 martyrs 1940-1945», place du 11e Chasseurs à Vesoul.

  • Note 1 : Certains éléments de la fiction correspondent (Jean Favret est tuillier), d’autres non (il est bien orphelin de guerre, mais n’a qu’une sœur… et non quatre, mais les Favret sont nombreux dans le village, Jean-Baptiste Favret témoin à sa naissance en ayant eu au moins quatre).

Sources

  • Correspondance avec Mme Elizabeth Pastwa, conservateur au Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon (septembre 1991).
  • Correspondances avec Jean Louis Chognard (octobre 1991), professeur à Rioz, auteur d’un travail sur Résistance et Déportation à Rioz.
  • Correspondance de Jean Louis Chognard et Pierre Grosdemange, responsable des FFI de Rioz après septembre 1943 qui a recueilli les souvenirs de Jules Didier (militant communiste arrêté le 22 juin 1941, évadé de Compiègne en février 1943 et qui rejoignit les maquis du Jura).
  • Correspondance avec Maurice Decousse, Fédération des Résistants et Déportés de la Haute-Saône (28 octobre 1991).
  • Jean Favret est cité par le général Bertin dans son ouvrage « Résistance en Haute-Saône ».
  • «Death Books from Auschwitz», Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres – incomplets – de l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • © Site Mémorial an Museum Auschwitz-Birkenau.
  • © Site Internet Mémorial-GenWeb.
  • © Sitewww.mortsdanslescamps.com.
  • Serv@ncnaute Généalogie des Vosges Saônoises Haute-Saône.

Notice biographique rédigée par Claudine Cardon-Hamet en 2011, complétée en 2015, 2018 et  2021 ; Docteur en Histoire, auteur des ouvrages : « Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 », Editions Autrement, 2005 Paris et de «Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000. Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce site) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette notice. Pour la compléter ou corriger, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.