L’étoile jaune siglée « Juif » devient obligatoire en France le 8 juin 1942 pour tous les Juifs de plus de 6 ans en zone occupée, à la suite d’une ordonnance rédigée fin mai 1942 par Oberg, Major général de la police. Nous avons choisi à titre symbolique de reproduire l’étoile siglée « jude » sur fond du camp de Birkenau, qu’ont reçus à leur arrivée les 54 juifs du convoi du 6 juillet 1942.
Le convoi du 6 juillet 1942 était composé de près de 1100 "otages communistes", de cinquante "otages juifs" et d’une vingtaine de « otages asociaux » (auteurs de délits de droit commun) dont la déportation faisait partie, au nom de la lutte contre le «judéo-bolchevisme», des représailles décidées par Hitler pour porter la terreur parmi les communistes dont les groupes armés attaquaient des officiers et des soldats de la Wehrmacht  afin de lancer la résistance armée sur le sol de France.  

 Voir en bas de la page, les liens vers les articles complémentaires

Combien de Juifs ont-ils été déportés le 6 juillet 1942 ?


On ignore le nombre exact d’otages communistes et juifs déportés le 6 juillet 1942 
car la liste de départ au camp allemand de Compiègne, le Frontstalag 122, n’a pas été retrouvée. Plusieurs rescapés ont indiqué que leur convoi était composé de  1175 détenus au moment de leur départ du camp de Compiègne .
Au cours du transport, trois d’entre eux (au moins) s’évadèrent. Selon un (seul) témoignage, un autre aurait été « liquidé comme mouton » par ses camarades qui le soupçonnaient de les avoir dénoncés.

Le 8 juillet 1942, le convoi arrive à Auschwitz et 1170 de ces déportés furent immatriculés au camp principal (Stammlager, Auschwitz I).
Le chiffre le plus vraisemblable est celui de 1175 déportés au moment du départ du camp de Compiègne. 

Parmi eux, se trouvaient 50 « otages juifs » retirés le 5 juillet 1942 du « camp des Juifs » et inscrits sur une liste particulière (voir  plus loin). On ignore le nom de 3 des 50 « otages juifs ». Par ailleurs, des communistes dont les origines juives n’avaient pas été décelées (7 au moins) par les services allemands ont été déportés comme « otages communistes » et leur nom figure sur les 3 autres sous-listes qui composaient la liste définitive de départ du convoi. 

Les noms de ces 54 déportés Juifs ont été retrouvés grâce aux documents des archives du camp d’Auschwitz, du Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains (DAVCC, ministère de la Défense à Caen) et du Mémorial de la Shoah (Paris).
Quand les camps de concentration furent libérés, seuls deux de ces déportés juifs avaient survécu à leur déportation

Les noms des Juifs déportés

Leurs noms étaient présents de manière très inégale sur les quatre sous-listes alphabétiques successives qui composaient la liste de départ du convoi – que j’ai pu presque entièrement reconstituer. Sur la liste de départ, 5 noms manquent encore et beaucoup de matricules n’ont pas pu être certifiés.

La première et la deuxième sous-listes 

Elles rassemblaient les internés du camp A, arrêtés comme communistes ou pour une petite minorité d’entre eux, soupçonnés à tort ou à raison de proximité avec ceux-ci ou avec les gaullistes. Des Juifs qui n’avaient pas été « identifiés » furent en conséquence déportés comme « otages communistes ». Au cours de leur enregistrement à Auschwitz, l’administration SS leur attribuèrent le même triangle que les « otages communistes » (vert, pendant quelques jours, puis rouge) jusqu’à ce que l’administration SS du camp décèle leurs origines juives et leur octroie l’étoile jaune. 

La troisième sous-liste des « otages juifs » du convoi  

La plus grande partie de ces déporté (50) figuraient dans la troisième sous-liste du convoi et furent déportés en tant qu’ « otages juifs ». La plupart d’entre eux avaient été arrêtés en France parce que « Juifs » selon les critères du régime de Pétain et/ou des services du MBF (Commandant militaire en France occupée) – qu’ils aient été ou non des résistants – .Dans cette liste figuraient également des hommes arrêtés comme communistes notoires ou pour activité communiste (interdite depuis septembre 1939) ou pour faits de résistance. Placés dans un premier temps, dans le camp A des internés politiques de Compiègne (dit « camp des communistes »), ils avaient été transférés dans une section du camp C, appelée « camp des Juifs », après qu’ils aient été « identifiés comme Juif » par l’administration allemande de ce camp de détention de police dirigé par la Wehrmacht.

Lors de leur arrivée au camp principal d’Auschwitz, ces 50 Juifs furent appelés et séparés de leurs compagnons et reçurent au cours de leur enregistrement, l’étoile jaune réservés aux détenus juifs d’Auschwitz arrêtés dans l’ensemble des pays occupés par l’Allemagne.

Il faut mentionner ici un cas exceptionnel qui est à l’inverse de cette procédure et dont allait bénéficier Davydas Badasas (David Badache), résistant gaulliste de Caen, originaire de Lituanie, dont la mère était juive et le père de religion orthodoxe. En France, il avait été « défini » comme Juif à partir des critères de la législation du régime de Pétain et avait dû se faire recenser comme tel. Son nom figurait en tête de la liste des « otages juifs » du convoi.
Cependant, selon la législation nazie, il était mischling (= de « sang mêlé »). Il n’était donc, à leurs yeux ni juif, ni aryen car son ascendance aryenne – pourtant censée être « dominante » pour les nazis – avait été « abâtardie » par le sang juif de sa mère.Grâce à ses relations avec des détenus d’un réseau de résistants autrichiens, son cas fut réexaminé par l’administration du camp au printemps 1943. Il reçu alors le triangle rouge des détenus politiques. Ce qui, a-t-il estimé, lui avait sauvé la vie.

La quatrième sous-liste 

Elle a été très vraisemblablement établie  au dernier moment pour atteindre le nombre d’otages à déporter préalablement fixé et donc de compenser l’absence des otages qui n’ont pu être déportés pour une raison ou pour une autre.

Les numéros suivis d’un point d’interrogation (?) sont les plus probables, mais n’ont pu être certifiés, faute d’avoir été attestés par des documents ou des témoignages fiables.

Première liste

45369   CHLEVITZKI Henri 22/09/1915

45663  ? HIRTZ Jacques, Eugène,  13/07/1918

45880 ? MIGDAL HENRI 26/11/192

45881 ? MIKLICHANSKY ABRAM (dit Albert) 05/05/1910 

Seconde liste 

46220 ? BLOCH Lucien 28/06/1908 

46245 HOFFMANN Isidore 17/10/1918

Troisième liste (les 50 « otages juifs » extraits du « camp des Juifs » de Compiègne

Trois noms restent inconnus.

46267   BADASSAS DAVYDAS (Badache David) 28/04/1913    Rescapé

46268   BERNHEIM  ARMAND 07/06/1896 

46269   BLUMENFELD CHAIM SZIGA dit Jean 8/01/1903 

46270   B… ou C… ou D… (inconnu)

46271   B… ou  C… ou D… (inconnu)

46272   DRIMER ISRAEL 12/09/1899

46273   FEITLOWICZ ISAAC 15/04/1894

46274    FERSTLA MAURICE 27/01/1893

46275    FRUCHT SAUL 04/05/1901

46276 ? GAWRON JOSEPH 03/03/1924

46277    GOLDSCHMIDT HARTWIG 27/11/1892

46278 ? GOLDSTEIN ARON 15/10/1892

46279 ? GOLDSTEIN SAMUEL 18/10/1901

46280    GRUNBERG MARC 21/09/1906

46281    GRYNBERG JACQUES 22/10/1897

46282    HADJADJE CHARLES 10/08/1913

46283    HASMAN HENRI 19/06/1890

46284    INDICTOR ABRAHAM 17/02/1893

46285    JANOS ALBERT 08/01/1894

46286    KATZ ARON 14/07/1910

46287    KINSBOURG ROGER 22/08/1890

46288 ? KIRZNER JACOB 22/05/1897

46289    KRAEMER JULIUS 18/02/1897

46290    KRONENFELD MENDEL 21/03/1911

46291    KUPFERMAN ISRAEL MEYER 25/05/1904

46292    LATMANN SMIEL 15/11/1902

46293    LEHMANN LUCIEN LEOPOLD 16/07/1895

46294    LEVILION ROBERT 10/05/1906

46295    LEVY JACQUES SALOMON 19/02/1905

46296    LEVINSKY CHAIM 18/08/1888

46297 ? LEVINSKY RENE 02/04/1922

46298    LUBELSKI  ABRAM 20/12/1893

46299    MARMELZTEJN JOSEF 18/06/1899

46300    MAR…à MIA…(inconnu)

46301    MIASKOVSKY SAMY MICHEL 20/03/1896

46302    NEIMAN ISRAEL 31/08/1901

46303 ? NOVAK MOISE 28/08/1887

46304    PECKER Marc Raphaël 

46305    POLOSECKI JULES 15/06/1909 Rescapé

46306    ROSENBLATT EMMANUEL 18/03/1913

46307    ROTSZTAJN JANKIEL (Jacques) 30/07/1894

46308    SCHARF MAURICE 13/08/1909

46309 ? SOMMER ROGER 10/05/1922

46310    STURM MOSES 21/10/1899

46311    VAJDA ERNST ISRAEL 13/05/1909

46312    WAJSBROD ABRAM 18/11/1887

46313    WOLF DAWID matricule 46313

46314    WOLFF MARCEL RAPHAEL 09/10/1897

46315 WYSZYNSKI  Majer 01/03/1910

46316    DOKTOR JEAN 12/06/1910

Quatrième liste 

46320    CHOURAQUI WILLIAM 11/04/1909 

« Les victimes les plus menacées par [les] actions criminelles [des SS et des Kapos] sont en premier lieu les Juifs. Sur les cinquante et un « 45 000 » morts au cours du premier mois (entre le 8 juillet et le 8 août), 21 étaient des Juifs. Le 18 août au matin, 40 jours après l’arrivée, 34 d’entre eux avaient perdu la vie (soit 68 % de leur nombre total) ; dans le même temps, 142 « 45 000 », appartenant aux autres catégories d’otages, avaient disparu, soit 13 % d’entre eux. La froide éloquence de ces statistiques est confirmée par les récits des «45000» rescapés ». (Triangles rouges à Auschwitz, le convoi politique du 6 juillet 1942, pages 145-146).

Le convoi « 451 »

  • Dans le cadre de son considérable travail mémoriel, Serge Klarsfeld a numéroté tous les convois raciaux partis de France à direction d’Auschwitz, en reprenant les numéros attribués par les Nazis. Les convois n° 1 et 2 sont partis les 27 mars et 5 juin 1942 de Compiègne. 67 autres partiront de Drancy, 5 de Pithiviers, 2 de Beaune la Rolande et 1 de Lyon. Mais on trouve dans les listes du Mémorial de la Shoah, un numéro – le n° 451 sans précision de sa date de départ – qui correspond au convoi du 6 juillet 1942.
    S’il s’agit d’un convoi composé pour l’essentiel d’otages politiques, leur déportation s’inscrit dans le cadre de la politique allemande des otages contre le « judéo-bolchevisme » qui s’applique directement aux convois n° 1 et 2. Il comprend de plus de 50 otages Juifs déportés comme tels, et sa terrible mortalité (89 %) est proche de celle des convois raciaux. On remarque que le numéro 451 introduit une confusion dans la chronologie : il est en effet historiquement le 3ème convoi parti de Compiègne pour Auschwitz, et le 6ème des convois partis de France pour Auschwitz.

Cliquer pour lire les articles  

 

Claudine Cardon-Hamet, docteur en histoire, auteure de deux ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 » (éd. Graphein, Paris, 1997 et 2000, épuisé) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) – et Triangles rouges à Auschwitz, le convoi politique du 6 juillet 1942 (éd. Autrement, collection Mémoires, Paris, 2005, mis à jour en 2015) édité avec le soutien de la Direction du Patrimoine et de l’Histoire et de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.